Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


Gaza : Un journal italien contredit la pensée dominante.

Publié par mohamed sifaoui sur 23 Janvier 2009, 15:23pm

Catégories : #mohamed-sifaoui

Lisez cette traduction (de Josiane Sbiro) d'un article paru sur le très sérieux quotidien italien Corriere della sera


« C'est ainsi que les hommes du Hamas nous ont utilisés comme boucliers »


Les habitants de Gaza accusent les militants islamistes : «  ils nous ordonnaient d'abandonner les maisons et de les protéger »


De notre envoyé spécial.


GAZA. « Partez, filez d'ici ! Vous voulez que les Israéliens nous tuent tous ? Vous voulez voir mourir sous les bombes nos enfants ? Enlevez d'ici vos armes et vos missiles »  hurlaient les habitants  des quartiers de Gaza contre  les militants du Hamas et leurs alliés du Jihad Islamique. Les plus courageux s'étaient organisés et avaient barricadé la porte d'accès  de leurs appartements, fermé aussi les entrées des immeubles et bloqué en hâte les escaliers pour les étages les plus hauts. Mais la guérilla n'écoutait personne. «Traîtres. Collaborateurs d'Israël. Espions du Fatah, lâches.» Les soldats de la guerre sainte vous puniront. Et dans toutes les maisons vous mourrez  tous, comme nous. En combattant les juifs sionistes nous sommes tous destinés au paradis, vous n'êtes pas heureux de mourir ensemble ? » Et ainsi hurlant, furieux, ils abattaient portes et fenêtres, se cachaient dans les étages les plus élevés, dans les jardins, utilisaient les ambulances, se barricadaient près des hôpitaux, des écoles des édifices de l'ONU.

Dans les cas extrêmes, ils tiraient sur qui  cherchait à bloquer la rue pour sauver sa propre famille, ou les abattaient sauvagement. «  Les miliciens du Hamas cherchaient de bons emplacements pour provoquer les Israéliens. C'étaient même de jeunes enfants de 16 ou 17 ans armés de mitrailleuses. Ils ne pouvaient rien contre un tank ou un jet. Ils se savaient beaucoup plus faibles. Mais ils voulaient que cela se passe dans nos maisons pour les  faire accuser ensuite de crimes de guerre » soutient Abou Issa  âgé de 42 ans, habitant le quartier de Tel AWA. « Pratiquement tous les immeubles les plus hauts de Gaza qui ont été frappés de bombes israéliennes, comme le Dodmoush, Andalous, Jawarah, Siussi et tant d'autres, avaient sur les toits des rampes de lancement ou  des points d'observation du Hamas. Ils en avaient même placé près du grand dépôt de l'ONU parti ensuite en fumée, et la même chose valait pour les villages le long de la ligne de frontière qui fut ensuite la plus dévastée par la furie punitive des sionistes » lui fait écho sa cousine, Um Abdallah, 48 ans. Usage d'entente familiale. Mais  ils fournissaient des détails bien circonstanciés. Il aurait été difficile de récuser ces témoignages. Ici en général, triomphe la peur du Hamas et s'imposent les tabous idéologiques alimentés par un siècle de guerre avec « l'ennemi sioniste ».

Quiconque raconte une version différente imposée de la « mukwama » (la résistance) est automatiquement un collaborateur et risque sa vie. Y contribue le récent affrontement fratricide entre le Hamas et l'OLP. Si Israël et l'Egypte avaient permis aux journalistes d'entrer, cela aurait été plus facile. Ces lieux sont totalement minés par le Hamas. « Ce n'est pas nouveau au Proche-Orient, entre les sociétés arabes, manque la tradition culturelle des Droits Humains. Cela arrivait sous le régime d'Arafat qui persécutait et censurait la presse. Avec le Hamas c'est pire, » soutient Eyad Sarraj, psychiatre réputé de Gaza City.

Et c'est un autre chiffre qui apparaît toujours plus évident en visitant les cliniques, les hôpitaux et les familles des victimes du feu israélien. En vérité leur nombre semble moins élevé que 1300 morts, outre les 5000 blessés dénombrés par les hommes du Hamas, et répercutés par les officiels de l'ONU et de la Croix Rouge locale.

« Le nombre de morts ne devrait pas dépasser 500 ou 600.Pour la plupart des jeunes entre  17 et 23 ans, recruté dans les filets du Hamas qui les a littéralement envoyés au massacre », nous dit un médecin de l'hôpital Shiffa qui ne veut absolument pas être cité et y risque sa vie. Un chiffre confirmé pourtant même par les journalistes locaux : « Nous l'avons déjà signalé aux chefs du Hamas. Pourquoi  ils persistent à gonfler le nombre de victimes ? Ils espèrent entre autre, que les autorités officielles occidentales les officialiseront sans vérification. La vérité pourrait pourtant surgir. Cela pourrait comme à Djénine en 2002. Initialement on parlait de 1500 morts. Il s'avéra qu'ils n'étaient que 54 parmi lesquels 45 au moins  morts en combattant.

Comment sont vérifiés ces chiffres ? « Prenons le cas du massacre de la famille Al Samoun du quartier Zeitoun. Quand les bombes ont frappé leurs habitations, ils ont annoncé  qu'il y avait eu 31 morts. Et c'est ainsi que c'est enregistré auprès des officiels du Ministère de la santé contrôlé par le Hamas. Puis, quand les corps sot effectivement récupérés, la somme totale est ramenée à 62  et c'est ainsi que tous les bilans ont été conclus, » explique Masoda Al Samoun de 24 ans. Elle ajoute un détail intéressant : «  pour mélanger les pistes  s'y étaient mis les escouades  spéciales israéliennes. Leurs hommes étaient travestis en guerriers du Hamas, avec le bandeau vert lié sur le front et l'inscription habituelle : il n'y a pas d'autres dieu qu'Allah, et Mahomet est son prophète. Ils se mêlaient aux combattants pour créer le Chaos. Nous ne cessions de leur crier de partir, nous craignions les représailles. Plus tard nous avons compris qu'il s'agissait d'Israéliens. »  Il suffit de visiter quelques hôpitaux pour comprendre  que les comptes ne correspondent pas. Beaucoup de lits sont libres  à l'hôpital européen de Raffah , un de ceux qui devraient être le plus envahi de victimes de la « guerre des tunnels israélienne » Il en va de même pour le « Nasser » de Khan Yunes. Seuls  5 lits  des 150 de l'hôpital privé Al-Amal sont occupés. A Gaza city le Wafa construit grâce aux dons caritatifs de l'Arabie Saoudite, du Quatar et des autres pays du golfe a été évacué et bombardé par les israéliens fin décembre.

L'institution est réputée être une place forte du Hamas, là viennent se cacher  ses combattants engagés dans la guerre contre le Fatah en 2007. Les autres ont investi Al Qods bombardé à son tour la seconde quinzaine de janvier.

A propos de ces faits, Magah al Rachmah 25 ans habitant à moins de quelques dizaines d e mètres des quatre grands immeubles du complexe sanitaire aujourd'hui  sérieusement  endommagé, « les hommes du Hamas s'y étaient réfugiés surtout dans les offices administratifs de Al Qods. Ils utilisaient les ambulances et avaient contraint ambulanciers et infirmières a leur fournir des uniformes avec les signes distinctifs de paramédicaux, on pouvait ainsi les confondre, et ils pouvaient mieux échapper aux recherche des israéliens ».  Tout ceci a réduit gravement le nombre de lits disponibles dans les institutions sanitaires d e Gaza. D'autre part, le Shifah est le plus grand hôpital de la ville est bien loin d'avoir révélé tous ses secrets. Ses souterrains sembleraient densément occupés. « Le Hamas  y avaient caché des salles  de survie et les salles d'interrogatoire pour les prisonniers du Fatah, et ceux de la gauche laïque, qui avaient été évacués  de la prison bombardée de Saraja », disent les militants du Front Démocratique de la Palestine.

C'était une guerre intestine dans la guerre entre le Fatah et le Hamas. Les organisations humanitaires locales, pour la plupart rattachées à l'OLP, racontent « des dizaines d'exécutions, des cas de torture, surtout durant les trois dernières semaines » perpétrées par le Hamas. Un des cas les plus connus, est celui de Ahmad Shakhura, 47 ans, habitant de Khan Younes et frère de Khaled, bras droit de Dahlan (ancien chef des services d e Sécurité d'Arafat toujours en exil) qui a été kidnappé sur ordre du chef de la police secrète locale  du Hamas, Abu Abdallah Al Kidra, sauvagement torturé, on lui aurait arrache l'œil gauche, et il aurait enfin été tué le 15 janvier.

Laurenzo Cremonesi

Version originale : www.corriere.it/esteri/09_gennaio_21/denuncia_hamas_cremonesi_ac41c6f4-e802-11dd-833f-00144f02aabc.shtml

Titre original :Cosi ragazzini di Hamas ci hanno utilizzato come bersagli

Commenter cet article

philippe 02/03/2009 16:38

monsieur je tiens à vous filicité pour votre courage et votre honneteté pour parler de ce conflit, pouvez vous me dire pourquoi la gauche l'extréme gauche et les verts sont ils autant anti israélien, vous ne pourrez me faire croire que ces gens n'ont pas les même informations que vous, quand je les vois parler de ce conflit avec tant de mauvaise foi, on se demande pourquoi l'anti semitisme remonte en france, aujourd'hui nous savons tous que 98% des conflits sont dus au musulmans intégristes, mais malgré ceci israel reste la bête noire, regardez depuis la tr^ve les obus tombent toujours sur israel et pas un pays ou un gauchiste ne dit mot et quand israel va répondre on sera encore accusé de crime de guerre. je vous souhaite plein de courage

momo 08/02/2009 19:28

vous n'etes ni propalestinien ,ni proisraelien, ni neutre .....UNE PETITE EXPLICATION PEUT ETRE ?

mohamed sifaoui 09/02/2009 14:35


euum...Si vous l'avez donnez la moi. Je ne vois pas ou voulez arriver. Je suis opposé à l'intégrisme par contre, le saviez-vous ? Et au terrorisme aussi...Enfin à toutes les formes d'extrémisme...


Emmanuelle 04/02/2009 18:36

L'enquete sur la mort des 3 filles du docteur Abou al aysh reconnait que c'est un tir israelien qui est responsable de cette tragédie. Désolée d'être vite partie en besogne en évoquant le tir d'un missile grad du hamas. Cela dit, des zones d'ombres susbistent et la responsabilité du hamas dans ce drame reste entiere.Je vous recommande la lecture de cet article paru ce jour (4/02/09) sur www.ynetnews.com et je me permets de vous transmettre le témoignage d'un druze israelien dont l'ami soldat a assisté à ce drame. Vous verrez, ça en dit long sur les methodes du hamas:



my friend, an israeli golani soldier during the operation in gaza near the doctor's home, was in the combat unit that fired the shots at terrorist hamas gangs near outside of this doctor's home. his family was inside. after the israeli golani soldiers cleaned the area from hamas threat and gunmen, they entered the house and found the dead bodies. what they also found is lots of ammunition stored in a kitchen closet: grenades, guns and some crude missiles. there were lots of black powder in sacks in the kitchen cabinet that the hamas uses to put into the rockets they send to israel. the soldiers also found guns stored in the bedroom closet above the doctor's bed...like an attic. the israeli soldiers confiscated all this and blew them up outside the home. the doctor kept also empty pvc tubes under the bed in the bedroom. these are usually cut off from underground sewage systems and filled with the black powder in sacks and then made into crude missiles. this was not reported by the idf because the investigation is still going on, but the idf intelligence knows what really happened. amazing that this doctor, a hamas supporter and comlicit in their terror agenda by letting them store ammunition in his house, works at soroka medical center near beer sheba and claims innocence and wonders why the idf has operated near his house. my friend tells me that they eliminated the gun fire from behind the doctor's house which came from hamas gunmen. they didn't target the house. the civilians in the house were part of the doctor's family...children. hamas knew they were inside and hamas needed the ammunition in the house. they forced the children to stay there and started shooting at the golani idf troops from behind the house. the hamas knew that the israeli soldiers will shoot back and hit the house. they knew it and they did it on purpose so the children would die in the battle. the house had secondary explosions from all the grenades stored in the closet and this is how the children died. mahed zabouri, druzi galil






 







 
 
(02.04.09)







 






Recommendation received. Thank you
Add talkback 

Close 



RL 02/02/2009 14:51

un article dans le monde pas mal sur ce sujet, cela mérite d'être souligné...http://www.lemonde.fr/la-guerre-de-gaza/article/2009/01/30/a-gaza-des-ong-denoncent-la-repression-du-hamas_1148835_1137859.htmlBien à vous.

claudie 01/02/2009 23:17

la dernière..pour ce soir.. : bonne nouvelle j'ai vu que le site bellaciao a "censuré" l'article dont je vous parlais hier..Et, je regardais une émission chez Thierry Ardisson en votre compagnie et celle de Enrico Macias : ce devait être un moment émouvant,non?Bonsoir

claudie 01/02/2009 15:12

Ben me voilà déjà à nouveau... pcq je viens de recevoir 2 mails : l'un d'un écrit de Wafa Sultan (je l'avais déjà lu) paru sur mediArabe.info    Aafag.org  et sur Primo : "les murs de nos prisons"...oui...Et alors: l'autre mail émanant de ipeace transmettant UNE SUPERBE VIDEO mise s/  You Tube SUPERBE de :KHALED,NOA et d'autres Artistes interprétant cette divine chanson  "I M A G I N E" Monsieur Sifaoui, voyez vous que petit à petit ce bouge ...ça fait du bien...

claudie 01/02/2009 11:37

"Heureusement" que ces sites existent...en tant que défouloir...oui,peut-être car ainsi on prendrait conscience de cette colère qui gronde et manipulée par certains...si l'on se dit : oh là,faisons quelque chose, il y a un mal être...
Si on ne va plus sur ces "blogs-sites" s'éteindront-ils??? Les connaître est utile ainsi on sait qui,que,quoi,dont,où..Mais ,moi , je pense qu'il faudrait les "modérer" non pas pour ne lire et entendre que ce que l'on a envie,par rapport à notre soi-même, mais parce qu'ils sont une incitation à la haine,comme on dit...tant qu'elle est verbale...mais où est la limite??Bon, tout cela c'est de la belle morale...la paix se construit d'abord chez nous, en famille (et ce n'est point facile toujours de par ce monde),en notre entourage ce n'est pas de la religion,rien à voir,c'est la vie à enseigner à nos jeunes à qui l'on devrait être honteux de leur laisser une telle société...
Sur ces considérations du "matin" : Salam, Shalom, arrivederci (?), bye bye, tchao et.....?? ayez une belle journée d'un dimanche coooooooooool !  

Aschkel 01/02/2009 08:31

J'oubliais.....PRENDS SOIN DE TOI.Prière d'ISRAEL

Aschkel 01/02/2009 08:29

Je  continues mon commentaire.Il y a 3 ans mon jardinier Abdoul et sa femme et ses 5 enfants, travaillait chez moi.Il m'approtait du poisson et de la menthe, tant il adorait travailler chez nous.Aujourd'hui mon jardin est à l'abandon, Abdoul ne peut plus travailler chez moi, certainement térrorisé par les fous furieux du 'Hamas.Ces djihadistes me dégoutes.Nous avions pris soin de notre famille palestinienne, et voilà qu'aujourd'hui ces enculés nous privent de leur venir en aide.Aujourd'hui je n'ai plus de nouvelles d'Abdoul et d'Aicha

Aschkel 01/02/2009 08:22

Trés cher Mohamed, j'habites Aschkélon, juive et israélienne.Il y a 3

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents