Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


Pascal Boniface: faut-il refuser d'aller sur un plateau de télévision quand il est invité?

Publié par mohamed sifaoui sur 29 Janvier 2013, 12:39pm

Catégories : #mohamed-sifaoui

32188 399048789471 774899471 4300913 7282320 n

 

De prime abord, je commencerai par apporter une réponse à la question posée en titre. Sans ambages: oui ! Ma conception du débat ne m'amène pas à échanger uniquement avec des personnes intelligentes -les calomniateurs ont, eux aussi, toute leur place en démocratie- elle ne vise pas non plus à accepter, comme interlocuteur, exclusivement ceux qui partagent mon point de vue et mon analyse ni ceux qui distillent des idées proches des miennes. Non ! Le débat, l'échange et la discussion doivent réunir aussi bien des personnes dont les idées convergent, mais c'est plus amusant, du moins lorsque l'on est démocrate, d'être confronté à la différence.

Je crois, par ailleurs, qu'il n'est guère nécessaire de présenter le célébrissime Pascal Boniface. Le bonhomme est connu. Un blog et un livre numérique très bien documentés lui sont consacrés. Preuves à l'appui, ses nombreuses casseroles y sont méthodiquement rangées. Célèbre aussi bien pour ses approximations que pour ses "convictions" qui, souvent, plaisent davantage à des courants plus que douteux ou à des États peu fréquentables qu'au commun du républicain démocrate, il a pris l'habitude de fustiger, y compris en s'armant de mensonges, ceux qui ne pensent pas comme lui.

Evincé du Parti Socialiste au début des années 2000, pour une note aux sous-entendus plus que discutables, Boniface ne cesse pourtant de se présenter comme "expert" et "spécialiste" en beaucoup de choses. Une sorte d'autorité morale dont la neutralité reste à prouver. Il n'a, en effet, ni la distance ni la froideur exigées de tout universitaire qui se respecte. Tel un commissaire politique, gardien de la "bonne pensée", il vous interdirait, par exemple, la critique du Qatar et prohiberait la dénonciation de l'idéologie islamiste pour ne donner crédit qu'à sa propre "vérité".

Comme tout commissaire politique, il est néanmoins loin d'être un gardien des élégances et du classicisme. On ne saurait même pas le comparer à un Louis-François Raban pillant le Marquis de Sade, puisqu'en homme moderne, notre Comte de Barins qui aurait pu être une sorte de Rouletabille, s'il avait été moins grincheux, s'évertue, le plus souvent, à braconner sur la Toile en quête "d'arguments" qui visent la disqualification de ses contradicteurs. Il pourrait par exemple vous pointer du doigt parce que vous auriez débattu dans un cénacle du Crif (je ne sais pas si ce qui le gêne, dans ce cas précis, si c'est le débat ou si c'est le "juif") et il pourrait transformer vos propos et faire de vous un élément des forces spéciales quand vous avez le malheur de dire, sur un plateau de télévision, que vous avez couvert en tant que journaliste une prise d'otage ou alors quand vous dites que le Qatar finance l'idéologie salafiste, notre bonimenteur prétendra que vous auriez affirmé que le même Etat finance les groupes terroristes. Des approximations, un peu de mauvaise foi, le tout bien mixé avec une espèce de sauce putride, qui puise ses ingrédients dans un "antisionisme" plus que douteux, vous donne Pascal Boniface.

Son terrain de chasse, là où il est aussi heureux qu'un enfant dans un bac à sable, c'est cette bénédiction technologique (heureusement qu'elle existe) qui alimente beaucoup d'esprits mal inspirés. C'est probablement une pioche trop rapide qui lui a dicté que Lévinas était "physicien", peut-être que le philosophe accumulait, lui aussi, les "expertises" et c'est certainement une connaissance trop pointue de la thématique islamiste qui lui a permis d'écrire, dans l'un de ses derniers livres, que le Hezbollah, était une organisation... "athée". De plus, le "spécialiste" est aussi bon en prévisions et en prospective qu'Elisabeth Teissier. Mais avec moins de réussite que Paul le poulpe. Quelques mois avant le 11 Septembre 2001, il professait: "Je ne pense donc pas, contrairement à certains, que nous verrons des actes terroristes entraînant des milliers de victimes". Le "certains" devait probablement viser quelques-uns de ceux qui restent, aux yeux de "l'expert", que de vulgaires "faussaires". Mais déjà cette volonté de vouloir minimiser le danger du terrorisme islamiste avec cette assurance qui lui permet de faire croire qu'il serait vraiment un fin limier de la géopolitique.

En réalité, ce que les lecteurs savent moins, c'est que notre Comte de Barins n'est en réalité qu'un petit, tout petit polémiste. Je dis "petit", parce qu'un vrai polémiste, celui qui assume la dispute intellectuelle, doit remplir certaines conditions: posséder, à tout le moins une plume agréable, ne pas avoir besoin de "petites mains" pour rédiger ses ouvrages, disposer d'une réflexion claire, défendre une pensée cohérente et avoir du respect pour les autres et notamment pour l'adversaire. Je dis bien l'adversaire, celui qui pense différemment, qui soutient d'autres idées, qui défend d'autres convictions. Notre sujet est malheureusement étranger à ces qualités. De plus, il est bien éloigné de cette réalité résumée par Paul Gauguin: "La vérité ne se dégage pas de la polémique, mais des œuvres qu'on a faites."

Piètre polémiste, confondant, très souvent, la diffamation, le mépris, l'injure et la dispute intellectuelle, notre spécialiste, auquel on épargnera le surnom donné à Adolphe Thiers, n'a pondu, pour l'instant, aucune œuvre qui pourrait enrichir le débat et nourrir intellectuellement, hormis ceux qui auraient Facebook pour les nuls comme livre de chevet.

Mais comment peut-on enrichir le débat lorsque l'on a déjà été condamné et/ou dénoncé pour contrefaçon et lorsque l'on s'est rendu responsable de plagiat ou d'autoplagiat pour multiplier les publications? Mais pour Boniface, "copier n'est pas plagier".

Et le personnage semble être un multirécidiviste.

 

Lire la suite sur le Huffington Post.

 

Et pour connaître le vrai Pascal Boniface, un blog et un livre numérique lui sont consacrés.

Commenter cet article

said 13/03/2013 17:49


Bonjour M. Sifaoui, vous avez lancé dernièrement à La TV comme quoi il faut lancer un débat sur les relations entre l'occident et les régimes dans les pays musulmans, c'set sérieux et
comment compter vous s'y prendre.


 


Merci


à suivre   

Jacqueline SIMON 29/01/2013 16:12


Bravo !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents