Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


Mon interview dans "Le petit Niçois"

Publié par mohamed sifaoui sur 30 Mars 2012, 08:16am

Catégories : #Contribution

Petit_Nicois.jpegL’affaire du « tueur au scooter » a connu un sanglant épilogue, mais le travail d’enquête se poursuit. Mohamed Merah a revendiqué ses actes terroristes sous la bannière d’Al Quaïda, et malgré son profil de « loup solitaire », il est soupçonné d’avoir eu des liens avec Omar « Omsen » Diaby, un membre niçois de Forsanne Alizza (« Les Cavaliers de la Fierté »), le groupe islamiste dissout le 2 mars dernier par Claude Guéant. Pour tenter de comprendre comment ce petit délinquant a pu verser dans la folie meurtrière, nous avons interviewé le journaliste Mohamed Sifaoui, spécialiste reconnu du terrorisme islamiste et coscénariste du film « La désintégration » (sorti le 15 févier dernier), qui relate la montée de l’islamisme radical chez les jeunes de cités. Avec Kamel Laadaili, acteur de ce film, ils nous exposent le processus d’embrigadement de ces jeunes en rupture avec la société.

LPN : Abdelkader, le frère aîné de Mohamed Merah, a été incarcéré à Fresnes. Quelle est selon vous la responsabilité de ce « grand frère » dans la construction du terroriste Mohamed Merah ?

Mohamed Sifaoui : Abdelkader Merah apparaît, selon les premiers éléments relayés par la presse, comme quelqu’un qui aurait probablement joué un rôle idéologique. Dans ce sens, qu’il est quasiment certain que cet individu a conforté son jeune frère dans sa dérive. Il faut rappeler qu’Abdelkader Merah est un salafiste ayant déjà fait parler de lui, sans être mis en cause par la justice, probablement par manque de preuves, dans une affaire d’acheminement de djihadistes en Irak. Il a, en tout cas, le profil de l’endoctrineur et du facilitateur. L’instruction établira très probablement son rôle exact dans cette affaire.

LPN : Un ancien « compagnon » de cellule de Mohamed raconte les visites de son frère et l'islamisation visible de ce jeune délinquant au fil des jours. La prison peut-elle sérieusement être considérée comme un catalyseur de haine pour des jeunes en quête de reconnaissance et en proie à une haine contre l'Occident ?

 

Lire la suite sur le site du Petit niçois.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents