Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


Plainte contre Amar Saadani, patron du FLN.

Publié par mohamed sifaoui sur 26 Avril 2014, 18:09pm

Plainte contre Amar Saadani, patron du FLN.

Communiqué

Poursuites judiciaires contre Amar Saadani, Secrétaire Général du Front de Libération National (FLN) et autres responsables algériens.

 

En 2013, l’Algérie figurait à la 94e place dans le classement annuel de l’ONG Transparency International. L’association rappelait, dans son rapport annuel, que pour la 11e année consécutive, l’Algérie était classée parmi les pays les plus corrompus du monde. À titre d’exemple, dans le groupe des pays arabes, l’Algérie occupe la 10ème place (sur 18 pays notés), et en Afrique, elle est à la 24ème place (sur 54 pays).

 

Depuis plusieurs années, des journalistes et des observateurs qui traitent de l’actualité algérienne évoquent, en se basant sur des faits objectifs, la corruption généralisée qui caractérise ce pays.

 

De plus, régulièrement, de hautes personnalités politiques algériennes sont citées, par voie de presse, dans des affaires ayant éclaté pour certaines en Algérie et pour d’autres à l’étranger. Parmi elles, d’anciens ministres comme Chakib Khellil ou Abdelhamid Temmar et des ministres en exercice comme Amar Ghoul ou Amara Benyounès, pour ne citer qu’eux.

 

Aucune réelle volonté politique ne semble vouloir endiguer ce phénomène désastreux qui démoralise la société, démobilise les élites et entame la crédibilité de l’Algérie, de son économie et de son peuple. Devant la passivité de la justice algérienne dont l’action semble être systématiquement entravée par le pouvoir politique et devant l’impunité évidente dont bénéficient les caciques du régime, il ne reste plus qu’une solution : la saisine des instances et des juridictions internationales.

 

Après avoir mené plusieurs investigations journalistiques sur des affaires de corruption, d’affairisme, de passe-droits, de mauvaise gouvernance et de clientélisme qui mettent directement en cause de hauts responsables algériens, j’ai décidé, après mûre réflexion, qu’il fallait que j’agisse, non pas en tant que journaliste, mais en ma qualité de citoyen.

Par conséquent, pour me consacrer totalement à cette action, j’ai décidé de mettre entre parenthèses mes activités journalistiques et ce, durant une période de six mois.

 

J’ai demandé à des avocats d’étudier, sur la base d’une documentation que j’ai collectée, le cadre juridique permettant d’engager, devant les tribunaux français, des poursuites contre les ministres ou anciens ministres Amara Benyounès, Amar Ghoul, Chakib Khellil, Chérif Rahmani ; un officier militaire, le Général Bachir Tartag et un responsable politique Amar Saadani, Secrétaire Général du Front de libération nationale (FLN) et ancien président de l’Assemblée algérienne.

 

Ce n’est là qu’un début car je continue de travailler avec des journalistes, des acteurs de la société civile et des intellectuels qui souhaitent, pour l’instant, demeurer anonymes afin de compiler des documents qui serviront de preuves lors des différentes poursuites qui seront engagées.

J’ai également sollicité un certain nombre d’organisations internationales, spécialisées dans les questions de corruption, afin que des actions soient menées conjointement.

Il apparaît déjà que la Convention de l’OCDE sur la lutte contre la corruption considère la corruption d’agents publics étrangers comme une « infraction pénale ». Ladite Convention définit l’agent public étranger comme étant « toute personne qui détient un mandat législatif, administratif ou judiciaire dans un pays étranger, qu’elle ait été nommée ou élue, toute personne exerçant une fonction publique pour un pays étranger, y compris pour une entreprise ou un organisme public et tout fonctionnaire ou agent d’une organisation internationale publique ». Cette définition très large permet-elle ainsi des poursuites aussi bien contre des responsables civils que militaires qui se seraient rendus coupables de faits de corruption, de détournement ou de trafic d’influence. En droit français, l’incrimination de la corruption, longuement limitée au cadre national, a été étendue aux agents publics étrangers par la loi du 30 juin 2000. Ce cadre légal permet donc d’engager des poursuites en France contre des responsables étrangers susceptibles d’être mêlés à des malversations financières. 

La première action qui sera entamée au cours des quelques semaines à venir visera le Secrétaire Général du FLN, M. Amar Saadani qui, avec des indemnités mensuelles de 300.000 Dinars (2800 euros) se permet d’acquérir plusieurs biens en France, de scolariser trois de ses filles dans une école privée à Londres et d’avoir, en somme, le niveau de vie d’un richissime homme d’affaires.

Tout ceci au moment où l’on demande au peuple algérien d’accepter une université sinistrée, des hôpitaux transformés en mouroirs et d’autres privations et humiliations. 

 

J’ai décidé de me consacrer à ce combat citoyen, car je fais le constat que l’écrit et la dénonciation publique ne semblent pas suffire ni avoir raison de ceux qui affichent mépris et arrogance envers le peuple algérien et l’opinion internationale. Seule l’action judiciaire internationale et des magistrats libres et indépendants seraient à même de permettre la mise en place de nouvelles traditions citoyennes qui, je l’espère, pourront contribuer à faire œuvre pédagogique en direction de ceux qui, en Algérie, confondent servir la collectivité et se servir des deniers publics.  

Par conséquent, aussi lourd et périlleux soit-il, je suis convaincu que ce combat doit être mené à son terme. Je crois qu’il est juste, nécessaire et opportun.

 

Par conséquent, j’appelle solennellement tous les Algériens révulsés par la corruption quasi-généralisée qui gangrène l’Algérie de se joindre à cette action et à la soutenir. À terme, l’objectif étant de créer un collectif qui devra assurer une vigilance contre la corruption et la délinquance financière qui détruit l’économie algérienne et hypothèque l’avenir de plusieurs générations.

Je demande à tous les Algériens et à tous les amis de l’Algérie épris de justice de me transmettre toutes les informations qu’ils seraient susceptibles de détenir sur des cas avérés de corruption ou de malversations mettant en cause des responsables politiques algériens qu’ils soient civils ou militaires. 

 

 

Mohamed Sifaoui

Paris le 26 Avril 2014

Contact Email :

mohamed.sifaoui@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mouh 08/01/2015 00:54

Puisse Dieu vous aider dans votre noble tâche ! Je serais le plus heureux homme du monde lorsque je verrais ces sales voleurs, ces pilleurs, ces rapaces qui pensent s'acheter une virginité avec leurs rapines. Ils sont et seront vus comme des pilleurs partout où il iraient !

boukhalfa 16/05/2014 10:08

mr sifaoui un grand bravo!! je soutiens votre démarche et je reste disponible

SENJAK 12/05/2014 20:12

Monsieur Sifaoui,
Je voudrais, par ce simple message, vous remercier et vous féliciter pour la position ô combien courageuse afin de lutter contre ce mal qui ronge l'Algérie.
Vous avez le courage et la clairvoyance qui manquent à TOUS nos responsables (politiques, militaires, civils, judiciaires, éducatifs ...)
Je suis prêt à signer toute pétition (et la faire signer par des centaines d'algériens honnêtes, acquis à la cause de défense de l'Algérie).
Je forme le voeux le plus sincère pour que votre contribution à la sauvegarde de l'Algérie soit couronnée de tous les succès.

Amicalement

Senjak

habbib boucetta 06/05/2014 06:00

Bravo YAATIK SAHA voila un homme et un vrai, toute l'Algérie des lésés est avec vous, ne reculez surtout pas, dans un premier temps les lecteurs doivent diffuser cette information qui fait dores et déjà la une mais continuons à la véhiculer, attendons nous à des ripostes des ripoux genre Mohamed Mgudem alias Anis Rahmani le co propriétaire du journal et tv enahar avec Said Bouteflika mais hélas ce traitre est mis hors d'état de nuire médiatiquement, dans un second temps je suggère à Monsieur Sifaoui de mettre en ligne ou on peut signer pour appuyer cette action et l'officialiser je vous jure que je vous ramasserais au moins 2 millions de signatures, encerclons les comme des rats

Sid'Ahmed 04/05/2014 01:36

Bravo ! Notre pays a été métastasé par la voracité de ces médiocres qui ont inoculé une mauvaise foi à cet innocent peuple, ce qui est gravement GRAVE ! Où va l'Algérie ? Je ne vous souhaite que du courage dans votre patient labeur... " Quiconque dédaigne l'épée de l'injustice périra par elle "

Slim 29/04/2014 16:22

petite question à mr Sifaoui. Vous dites que Mr Saidani, risque d’être poursuivi sur la base de la convention de l'OCDE portant sur la lutte anti-corruption. L’Algérie, à ma connaissance n'est pas signataire de cette convention.

samiramine 01/05/2014 01:45

On est tous avec vous.

said 29/04/2014 15:36

il faut balayer ces ordures qui nous pourrissent la vie. Il faut les débusquer un par un comme furent débusquer les sanguinaires nazistes après la seconde guerre mondiale. Tous les algériens honnêtes vous soutiennent Monsieur SIFAOUI.

mohamed.benzeggouta 29/04/2014 14:50

Par les temps qui courent ,on est gavé d'informations et de contre informations, vous dites que vous prendrez 6 mois de vacances pour préparer et étayer votre plainte, vos propos semblent êtres crédibles si tel est le cas pourquoi vous ne saisissez pas conjointement à votre plainte auprès des tribunaux Francais ,la justice Algerienne?. en esperant vous lire.

lilou 29/04/2014 18:23

Comment voulez-vous qu'il saisisse la justice algérienne ?Pensez-vous que celle-ci soit crédible ? Saisir la justice algérienne c'est évidemment se dénoncer et subir le sort des personnes citées plus haut qui ont voulu dénoncer la corruption et qui se sont trouvés eux-mêmes à la barre des accusés, bravo Monsieur Sifaoui je vous souhaite bon courage car il va vous en falloir ! En tout cas nous sommes de tout coeur avec vous

Bendifallah 29/04/2014 00:49

En Algérie cela dépasse le cadre de simple corruption, il s'agit d'une entreprise mafieuse organisée de pillage et de dispatching des richesses du peuple algériens aux nations étrangères qui soutiennent et entretiennent le système de gouvernance mis en place en Algérie pour remplacer le colonialisme devenu multinational. Un véritable crime contre le peuple algérien maintenu depuis sa prétendu dépendance dans l'ignorance, le mépris, l'humiliation, la pauvreté complétés par un soit disant terrorisme importé qui a fait coulé le sang de ses enfants, chassé et exilé beaucoup d'entre eux.

Je propose qu'on aille au delà de porter un simple soutien verbal ou financier à notre courageux compatriote Mohamed Sifaoui mais de constituer une liste de citoyens algériens victimes et nous constituer partie civile et déposant plainte non seulement en France mais aussi partout dans le monde ou ses mafieux détiennent les biens qu'ils ont volé au peuple et pour toutes les crimes qu'ils ont commis. Je m'inscris le premier sur la liste.

Sid'Ahmed 04/05/2014 01:49

Absolument ! Dans ce pays de miracles, on doit s'attendre à tous les coups bas, aux délits provoqués. Mahmoudi Abderrahmane ( et non pas Hamoudi ) a vécu le calvaire avant sa mort. Qu'a fait le défunt BOUDIAF (ALLAH YERHMOU) ? Même ce pauvre pantin actuel n'a rien a faire. La source de tous ses problèmes pathologiques est cet entourage pourri qui l' a placé pour des intérêts égocentriques.A moins que le bon Dieu puisse les exterminer... sinon on doit attendre une catastrophe naturelle !

slim 29/04/2014 00:03

Voila une heure a peine, je visionnais une émission sur echorouk tv qui traitait justement de ce qui est arrivé à deux citoyens, qui avaient en leur temps, à partir d'ici, en Algérie, décidé de mener leur combat contre la fraude et la corruption. Le premier Benyoucef Mellouk, fonctionnaire au ministère de la Justice, qui avait, sur la base d'instructions reçues de la part de sa hiérarchie, d'éplucher les dossiers des faux-moudjahidines, et qui a finit, après la mort de Boumediene, par être persécuté de tous cotés, poursuivis, mis en prison et eut à subir les pires lâchetés de la part de l'administration. A ce jour, son combat n'a pas abouti et même sa pension lui a été refusée.. Le défunt Hamoudi, directeur du journal l'hebdo libéré, a fait de la prison pour les mêmes motifs ( publication du dossier de melouk sur la liste des faussaires. L'autre victime est mohamed Slimani, haut fonctionnaire des douanes, qui avait pris à la lettre le discours de Bouteflika, à l'ouverture de l'année judiciaire 2000 et qui avait réuni un volumineux dossier sur la corruption dans la douane, pour une préjudice au trésor public de 45 000 milliards de centimes (de l’époque) et qui lui aussi, a fini, après une longue persécution par se retrouver sans poste, sans salaires et sans revenus pour subsister que l'aide apportée par sa proche famille. Pourtant, il avait alerté, les services de la présidence, cabinet, conseillers et trois chefs de gouvernement, ainsi que tous les ministres de la justice consécutifs depuis 2000 à 2014. Ceci pour dire simplement, qu'en s'attaquant à Saidani, vous vous attaquer à tout le système et qu'en conséquence, il faudra s'attendre à ce qu'il soit défendu par tout le système. Si Saidani tombe, c'est l'effet domino. C'est pourquoi la lutte sera longue, sans aucune garantie de succès. Elle demande de la ténacité, de la persévérance, du souffle. Préparez vous à connaitre la solitude du coureur de fond.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents