Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


Oui ! Elles avaient le droit de le dire !

Publié par mohamed sifaoui sur 25 Mars 2010, 00:21am

Catégories : #mohamed-sifaoui

Taslima_Caro-copie-2.jpgCe sera certainement l’un des livres les plus intéressants de l’année 2010. Je veux parler de Libres de le dire, l’ouvrage signé du duo Taslima Nasreen et Caroline Fourest (Flammarion), disponible en librairie dès le 31 mars prochain.  

Ce livre d’entretien de 305 pages ne se lit pas, il se déguste. Mais sa dégustation n’a de sens qui si l’on est capable – et c’est valable notamment pour les croyants – de laisser de côté ses certitudes, ses dogmes, ses principes religieux et d'accepter, quelque part, de faire outrage à sa foi. Il faut approcher cet ouvrage en tant que lecteur nourri par une curiosité et non pas comme un croyant, otage de ses convictions religieuses. Parce que l’échange réunit deux « mécréantes » libres, deux femmes athées, deux féministes convaincues, deux humanistes attachées à l’universalisme qui mettent sur la table leurs convictions respectives, leur parcours, leurs engagements et les confrontent dans un face à face touchant, drôle, intelligent et franc. Elles critiquent les religions avec une violence d’une douceur extraordinaire et avec une intelligence rare et dévastatrice. Rien à voir avec les racistes et les xénophobes qui déversent leur mépris de l’Autre en prétendant honnir les religions et je parle notamment de ceux qui utilisent aujourd’hui les méfaits de l’islamisme pour laisser libre court à leur idéologie monoculturelle, à leur xénophobie non assumée et à leur racisme antimusulman. C’est un livre d’une grande hostilité à l’égard de toutes les religions. L’islam et les musulmans en prennent pour leur grade. Parfois de manière brutale, mais la caricature et le simplisme ne sont jamais là. Nous sommes dans une vraie réflexion de fond.

Je préfère prévenir : ce livre peut heurter certains croyants. J’avoue que quelques passages m’ont fait sursauter. Mais le croyant – quelle que soit sa religion – se doit, une fois son émotion digérée, de méditer sur lui-même, sur son dogme, sa foi, ses certitudes…

Âme sensible et foi fragile s’abstenir ! Mais en s’abstenant de lire ce bijou, on choisirait en même temps de demeurer dans ses certitudes et de décliner l’invitation à la réflexion, se privant d’une nécessaire méditation. Cet ouvrage ne fait pas dans le prosélytisme anticlérical. Non ! Ce livre se penche sur la place que doit occuper la religion dans les sociétés, parfois sur ses méfaits lorsqu’elle devient un instrument de domination et de pouvoir. Cet échange est donc, aussi, un hymne à la laïcité.

J’entends d’ici les cris d’orfraie, mais je vous rassure, l’arme de « l’islamophobie », les procès en « judéophobie » ou autres démarches inquisitoires ne sauront avoir raison d’un tel ouvrage parce que les arguments exposés sont souvent en béton. Et même lorsqu’ils ne sont pas convaincants – pour un croyant – on ne peut nier leur recevabilité sinon en se laissant aller à une malhonnêteté intellectuelle, répandue chez beaucoup d’intégristes.

Je ne partage pas certaines opinions exprimées dans cet ouvrage, et elles sont peu nombreuses. Mais si ce livre m’a donné le tournis, c’est parce que j’y ai trouvé un humanisme que je vois chez très peu de croyants ; j’y ai vu une tolérance qui devrait faire rougir beaucoup de ceux qui s’autoproclament « serviteurs de Dieu » ; j’y ai trouvé une force intérieure qui ferait pâlir beaucoup de prêtres, de curés, d’imams ou de rabbins ; j’y ai constaté une ouverture d’esprit dont devraient s’inspirer tous les moralisateurs ; mais surtout, on ne se lasse pas de redécouvrir, page après page, que la noblesse de l’être n’est guère le monopole de ceux qui prétendent s’exprimer au nom du « sacré » !     

A lire de toute urgence…

Commenter cet article

aly kane 18/06/2010 20:24



avec tout le respect que je vous doit monsieur, j'aimerais que vous décliniez votre identité réligieuse. Ne faites vous pas parti de ceux ui se proclament musulman pour etre mieux accepté par
ceux ci alors qu'au fond, vous servez les mécréants. Vous faites parti de ceeux qui pronent un islam modéré mais la réligion elle est complète pas quelque chose à ajouter ou à diminuer. j4ESP7RE
QUE VOUS NE FAITES PASD PARTI DE CEUX QUE le prophète avait annoncé l'arrivé à la fin des temps. S'il vous plait M.Sifaoui, luttez contre le racisme mais nee vous servez pas de notre réligion. La
penséée d'un mécréant est toujours tronquée rien de bon ne peut en sortir encore moins s'il s'intéreesse à la réligion. Donc pas de critiques objectives de la part de mécréants. MERCI


 



julia 10/05/2010 15:37


Bonjour Mr Sifaoui, Et bien tout cela m'a l'air très intéressant ! Je le lis et je vous dis. Excellente journée à vous.


Pierre75 19/04/2010 06:12



Cher Monsieur Sifaoui,


il me semble que votre réflexion est traversée en filigrane par une idée très profonde : à savoir, qu'un croyant, quel qu'il soit, ne devrait pas avoir peur des remises en question et de la
critique. Un croyant sincère est sûr que sa religion est vraie ; auquel cas, les critiques, les recherches historiques, les contestations, ne pourront qu'être des chances supplémentaires de faire
éclater cette vérité intrinsèque au jour.


On dit qu'au Moyen-Age, il y a eu de célèbres controverses où les Rois musulmans invitaient des Docteurs des trois religions à débattre en toute liberté, pour essayer de découvrir ensemble quelle
était la Vraie Religion.


Les croyants devraient tous être animés de ce désir de vérité - et, donc, de débat, de liberté d'expression etc. Seuls des croyants qui, peut être, doutent de leur propre religion, peuvent "avoir
quelque chose à perdre" de la libre confrontation des idées...



tatiana 14/04/2010 21:12



Bonjour, Je lirai cette ouvrage avec intérêt. Je viens de finir le votre "Pourquoi l'islamisme séduit-il?" et jai appris énormément de choses. Je voulais vous remercier pour votre positionnement
fort et courageux contre les islamistes.


Je voudrais vous poser deux questions. J'ai recherché sur internet différents sites dédiés aux musulmans pratiquants pour essayer de comprendre un peu mieux les choses. Mais ils vont tous dans le
même sens, une pratique extrèmement rigoureuse de la religion et pourtant je n'ai pas repéré être sur des sites extrémistes. Il semblerait qu'on durcisse les pratiques religieuses un peu comme au
moyen-âge sous l'inquisition. Qu'en pensez-vous?


D'autre part, les prières sont faites dans la rue à Paris tous les vendredis après-midi depuis des mois et les forces publiques ne sont jamais intervenues. Il semblerait qu'il existe un accord
tacite entre la mairie de Paris et la mosquée de Paris à ce sujet. Quelle est votre position?


Merci pour votre réponse.



mohamed sifaoui 20/04/2010 09:52



S'agissant de la prière dans la rue, je l'ai dénoncé depuis 2002 dans mes ouvrages et reportages. Il faudrait en effet interpeller les autorités



HuyCMoi 25/03/2010 21:41


Bonjour,
Dans votre analyse, vous utilisez le mot 'anticlérical': "Cet ouvrage ne fait pas dans le prosélytisme anticlérical." puis plus loin, le mot 'laïcité': "Cet échange est donc, aussi, un hymne à la
laïcité". C'est tout à fait contradictoire, anticlérical voulant dire (Larousse) "Opposé à l'influence ou à l'ingérence du clergé dans les affaires publiques" ce que propose justement la
laïcité.
La contradiction vient -et je m'y suis laissé prendre aussi- de l'interprétation erronée du mot anticlérical. Ce mot ne veut manifestement pas dire être contre le clergé, contre l'église
(catholique ou autre) ou contre toute forme de religion. Ainsi on peut très bien rencontrer un catholique anticlérical!
De même, dommage que le mot laïcité ait deux significations, cela nuit au débat en cours.


mohamed sifaoui 25/03/2010 23:41


Je vous remercie,
J'étais bien conscient de la nuance mais dans mon esprit j'ai utilisé le mot "anticlérical" parce que je sais qu'il comporte une charge négative au delà de son sens ethymologique. Evidemment par
prosélytisme anticlérical j'entendais pa de prosélytisme en faveur d'une hostilité gratuite à l'égard des églises...Mais uniquement un rappel strict quant à la nécessaire réaffirmation des
principes laïques


annette 25/03/2010 20:56


Encore un livre à acheter - c'est mon mari qui va lever les yeux au ciel ("Je crois qu'il va falloir vendre notre appart. et acheter un château, pour y ranger tous les livres que tu ne liras
jamais!").

C'est vrai que j'ai la fièvre "acheteuse" de livres, je n'y peux rien, c'est ma drogue à moi, et ceux que je n'aurai pas pu lire dans cette vie (les 9/10 à peu près ...), je les lirai dans la
prochaine! ...(1)

Cher Mohamed, vous m'avez mis l'eau à la bouche, et avant de déguster cet ouvrage, j'ai d'abord dégusté la manière dont vous en faites la promo!
Quel enthousiasme, quelle ardeur! J'ai adoré certaines de vos expressions, comme ce magnifique oxymore :
  "Elles critiquent les religions avec une violence d'une douceur extraordinaire [...]".

Donc, vivement la sortie de ces entretiens, qui risquent peu de me choquer, car mes VRAIES croyances et convictions, d'abord sont peu nombreuses, et en matière de religions, je suis tranquille!
...

D'ailleurs,
   "On mesure l'intelligence d'un individu à la quantité d'incertitudes qu'il est capable de supporter".

C'est pas beau, ça ?
Ce n'est hélas pas de moi, mais d'Emmanuel Kant ...

Et pour finir avec de l'esprit :
   "La critique est osée, mais l'art a des ficelles"

Jolie parodie, non ?
C'est d'un certain Jacques Pater - que je n'ai pas l'heur de connaître, mais j'aime ce genre de jeux de mots!

(1) Ainsi, j'ai plusieurs de vos ouvrages, dont "Ben Laden dévoilé", ainsi que certains d'A.Sfeir, ainsi que le dernier de Djemilah Benhabib : "Ma vie à contre-coran", ainsi que ...... Mais enfin,
il faut choisir : se mettre devant l'ordinateur, ou devant un livre ??? Que c'est donc compliqué !

Je devrais suivre le conseil de Henri Bergson :
  "L'homme devrait mettre autant d'ardeur à simplifier sa vie qu'il en met à la compliquer".

Plus facile à dire qu'à réaliser, m'sieur Bergson!...






Ysabeau 25/03/2010 12:18


Je ne sais plus qui disait que la spiritualité ne s'épanouit pas au sein d'une religion. Point de vue que je partage. Le problème de tout fait religieux c'est l'aspect "secte" et "prêt à penser",
bref pour la plupart de ses adeptes une béquille confortable qui donne un cadre de vie et de pensée et évite que l'on aie besoin de se les faire soi-même. Cela explique les intégrismes (qui
d'ailleurs reposent souvent sur la confiance aveugle envers un gourou, qu'il soit pape, imam ou rabbin) et l'intolérance des croyants.


louisa 25/03/2010 09:41


Assalam alaykoum

Moi aussi je sens que ça va pas le faire... Merci.

Assalam alaykoum wr wb


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents