Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


Les méthodes de Mohamed Megueddem s’essoufflent...

Publié par mohamed sifaoui sur 1 Juin 2011, 16:30pm

Catégories : #mohamed-sifaoui

boutef-megueddem.jpgSi Bouteflika était une vache, le quotidien Ennahar et son dirigeant seraient ces petites mouches qui gravitent généralement autour des extrémités basses des bovidés. Ce torchon arabophone, dirigé par un arriviste est contrôlé en réalité par l’intrigant Mohamed Megueddem, nommé en 2004, au poste de  « chargé de mission » à la présidence bouteflikienne. Ce canard boiteux, voix de ses maîtres, lui permet tantôt de faire l’éloge de ses commanditaires tantôt d’essayer de casser les adversaires politiques de ses derniers. Il fait jouer à ce quotidien à l’odeur nauséeuse le rôle de caisse de résonnance officieuse des frères Bouteflika et de quelques officiers du DRS. Récemment, il a pris le contrôle d’un journal en ligne, Algérie Plus, en écartant un journaliste professionnel, fondateur du site internet, et a préféré mettre à sa tête un ancien larbin du système du temps de Chadli Bendjedid, aujourd’hui vendeur de sommeil à Paris. De ce site, il a fait une pâle copie de l’APS (L’agence de presse officielle) et tente de venir au secours du roitelet d’Alger en traitant l’information de manière très sélective et très orientée.

C’est connu : les hommes d’intrigues n’aiment pas être dévoilés. Ils sont, telles des chauves-souris, plus à l’aise dans l’ombre que sous la lumière. C’est ce qui explique l’agitation remarquée à Alger et à Paris chez ce petit « conseiller » du président algérien. Je me suis promis de révéler, preuves à l’appui, le parcours et les méthodes de celui qui se présente partout comme étant un intouchable, car proche du président et « protégé » du général Toufik. C’est grâce à ce double statut, réel ou supposé, qu’il terrorise et clientélise tous ceux qui l’approchent. Aujourd’hui, s’il tombe de haut, c’est tout simplement parce qu’il a compris qu’il s’est retrouvé face à un journaliste, déterminé à faire son travail. Non seulement je suis décidé à accomplir la tâche qui est la mienne, mais en plus, je me suis juré de ne céder à aucune pression et à aucun chantage. Et je le précise : je ne suis le protégé de personne, sauf de celui qui m’a donné la vie. Cette attitude qui est la mienne et qui le restera semble troubler notre bonhomme qui devra désormais m’inventer des casseroles, car, il aura énormément de mal à en trouver vu que je ne me suis jamais compromis avec aucune des pourritures qu’il sert à la présidence de la République. Je ne suis ni un affairiste ni un quémandeur ni un intrigant ni un proxénète ni un violeur ni un pédophile ni un corrompu. Toute ma vie, je n’ai été, que journaliste faisant en sorte de respecter les valeurs qui m’ont été inculquées par mes parents (moi je connais les miens !) et mes erreurs aussi banales soient-elles, je les ai toujours assumées. Voilà la différence (fondamentale) qui me sépare de Megueddem et de ses semblables : mon existence est transparente pas la sienne. Je n’ai rien à cacher, lui beaucoup de choses. Je n’ai pas de secrets de famille, lui si. Je n’ai pas nui gratuitement à des hommes pour défendre mes intérêts ou ceux d’un clan, mes ennemis je les ai choisis pour des raisons idéologiques et politiques seulement. Je n’ai pas pour habitude de me répandre dans les restaurants et les cafés sur les responsables algériens en étalant leur vie privée ou en touchant à leur honneur, quand je les critique, je le fais, là aussi, pour défendre des convictions, partagées par des millions d’Algériens, et pour rien d’autre. Et lorsque je me laisse aller à la critique, c’est généralement par voie de presse ou dans des ouvrages. Contrairement à ce petit larbin de Bouteflika, je ne vis pas en profitant du système. Je n’ai pas fait détourner des routes à Hydra en appelant le ministre untel ou le général tel autre et mes parents se soignent en Algérie, non pas, en France, sur le dos du contribuable français. Je n’ai pas non plus privé des citoyens de leur droit, je n’ai pas propagé des rumeurs sur des cadres d’Air Algérie qui m’aurait refusé un service personnel, je n’ai pas promis à aucun de mes amis de « réduire en cendre » le général Boustilla, patron de la gendarmerie (je n’ai d’ailleurs pas ce pouvoir), je n’ai pas protégé un délinquant officiant à Lyon, au niveau de l’escale d’Air Algérie. Bref, de ma vie, et même si elle devait s’éterniser, je ne pourrais jamais avoir les agissements, les méthodes ou le comportement de Mohamed Megueddem. Voilà ce qui nous sépare !  

Après avoir dévoilé, dans mon livre, certains des discours peu élégants (et c’est un euphémisme) que tient l’individu contre certains dirigeants algériens et notamment à l’égard d’Ahmed Ouyahia, le chef du gouvernement et de quelques responsables avec lesquels, à l’évidence, il a des comptes à régler, je livrerai à l’opinion, témoins et enregistrement à la clé, dans quelques jours, les propos orduriers tenus devant moi à propos de Mourad Medelci, ministre algérien des Affaires étrangères, Saïd Bouteflika, le frère affairiste du président, Noureddine Zerhouni, l’ancien ministre de l’Intérieur, Moulay Mohamed Guendil, le directeur de cabinet de Bouteflika, le général Rachid Laalali, dit el Hadj Attafi, patron de la DDSE, un des adjoints du général Toufik, etc.

En fait, l’homme se sent intouchable. Il serait, à l'écouter, sous la protection du général Toufik. Il affirme même que ce dernier lui doit tout, car ce serait lui, toujours à croire le très prolixe Megueddem qui a permis à tous les natifs de Bordj Bou Arreridj d’accéder à de hautes fonctions. De l’ancien Directeur général des Douanes Brahim Chaïb Chérif à l’actuel patron du DRS, Mohamed « Toufik » Mediène, tout le monde aurait gagné du galon, au cours de sa carrière, grâce à l’intrigant. C’est du moins ce qu’il raconte publiquement. Il n’y aurait que Dieu qui n’aurait pas été Dieu grâce à Megueddem…

Cet individu entretient en réalité des luttes claniques et il avait essayé de détourner l’objectif de mon livre en me proposant une sorte de deal après avoir constaté que j’allais, quoi qu’il advienne publier Bouteflika, ses parrains et ses larbins. Il s’était déplacé, en mars dernier, à Paris spécialement pour me voir et a tenté de faire pression sur moi et de me corrompre afin que son nom et ses méthodes ne soient pas cités. Ayant vu ma détermination, il changera son fusil d’épaule et essayera de me manipuler. Son objectif : me pousser à attaquer en priorité Saïd Bouteflika et Ahmed Ouyahia ainsi que quelques cadres du DRS. Ceux qui liront mon pamphlet qui se veut très documenté (ainsi que les prochains ouvrages à paraître) se rendront compte que je n’alimente aucun clan. Bien au contraire. Et si je devais appartenir à un clan, ce serait la société algérienne en particulier et l’opinion publique en général. 

Pris de panique, le petit intrigant tente aujourd’hui de me discréditer en actionnant son chaouch, directeur d’Ennahar. Et voilà que ce dernier révèle dans son édition du 1er juin le scoop du siècle. Mon nom ne serait pas un vrai. Ce serait un pseudonyme. Je ne m’appellerai pas Mohamed Sifaoui, mais Djamel Chifouna (voyons donc le niveau zéro du journalisme). Le patronyme qui m’est attribué de fait, a été trouvé dans les poubelles du net et utilisé en raison de son caractère péjoratif, car, traduit au français, il donnerait « serpillière ». Et comment ! La bonne vieille méthode est de sortie : je serais la « serpillère » des « services secrets français » et du bon vieux « lobby juif ». Preuve supplémentaire qui montre à quel point on continue d’injurier l’intelligence des Algériens à travers cette petite presse de caniveau. Ce n’est pas pour me justifier, mais si ce journal avait enquêté au lieu de faire dans la désinformation de très bas étage, il se serait rendu compte – chose que je ne dis jamais – que « Sifaoui » est le nom porté par l’une des plus honorables familles algéroises. Il se serait rendu compte que pour sauver son maître, il a voulu insulter des gens plus instruits, plus respectables, plus patriotes et plus honnêtes que le meilleur des Megueddem et le plus illustre des Bouteflika réunis. Mais admettons comme le disait Brassens que les cons soient vraiment braves. J’aurais pu m’appeler Chifouna et alerter les Algériens sur la dérive que prend le pays en raison de l’incompétence, de la malhonnêteté et de la quête du pouvoir absolu. Faut-il vraiment s’appeler Megueddem pour être crédible ? Voire. Ne voulant pas baisser encore davantage le niveau, je ne révélerai ici ni le pédigrée détaillé ni la vie privée du personnage. Ceux qui veulent en savoir plus n’ont qu’à se rendre à Bordj Bou Arréridj. Les anciens sont toujours là et certaines mémoires sont vivaces. Passons…

J’aurais pu m’appeler Chifouna, Casrona, Manche à balai, Galoufa, El Gourda, Ben Laden, Ould Layachi ou même Boutagege ou alors Lavail, ça n’aurait rien changé à notre affaire : Bouteflika resterait un autocrate incompétent, Megueddem un intrigant de bas étage et, le chefaillon d’Ennahar, Anis Rahmani (ça par contre, c’est vraiment un pseudonyme), un petit larbin du système. Ce n’est pas le nom qui fait l’homme, mais l’inverse. Même s’il y a des patronymes qui sont durs à porter (mon nom est bien le nôtre depuis au moins dix générations),  des histoires de familles difficiles à assumer (ce n’est pas mon cas : ma génitrice ne s’appelant ni Mansouriah ni Rabha), des trajectoires sulfureuses qu’on ne veut dévoiler (Mohamed Megueddem c’est du grand art en la matière), même quand on a un fils ayant trempé dans des affaires de drogue, même si on en a d’autres qui ne travaillent dans le consulat d’Algérie à Nanterre que grâce à l’appui de Papa, même si on se soigne à l’étranger grâce au contribuable français, cependant qu’on est théoriquement « conseiller » du président algérien, même si on aime encore, à 70 ans, courir les minettes au point de faire rougir DSK et même si on protège un voleur travaillant à l’aéroport de Lyon et même…on peut aujourd’hui dire que Bouteflika doit nécessairement partir et on aura raison.

Mais Ennahar estime que tous ceux qui pensent que le roitelet d’Alger doit aller mourir tranquillement du côté d’Oujda ou se faire euthanasier à Mohammadia, tout en emmenant dans ses bagages son frère Saïd, Bensalah, le président du Sénat, l’ancien président Ben Bella, le ministre Temmar et consorts, tous ceux qui pensent ainsi, dis-je, sont qualifiés de « traîtres » devant aller « vivre en France ». Ennahar et ses sponsors révèlent de la sorte leur véritable objectif : éloigner toute contestation et pousser à l’exil tout Algérien qui réclame le changement. Les démocrates pourraient en effet aller vivre en France (ou ailleurs) s’ils sont contraints de le faire, mais à condition que le traître Bouteflika, à condition que ses parrains et que ses larbins arrêtent de venir se soigner au Kremlin Bicêtre, à Bichat, au Val de Grâce ou à l’hôpital américain. Qu’ils se suffisent alors de leur politique de santé et de leurs hôpitaux, car beaucoup d’Algériens ont honte de ces dirigeants qui insultent la France, les francophones et les francophiles tout en se déplaçant à Paris pour se soigner parfois aux frais du contribuable français, toujours aux frais du peuple algérien. Vous voulez la liste ? J’en donnerai pour l’instant que quelques noms : Que ces grands « patriotes » que sont les Megueddem et ses semblables rendent leur carte de résidence, indûment réclamée à la France, que les enfants de Mohamed Chérif Abbès renoncent à leur nationalité française, que Meziane Chérif nous explique comment a-t-il pu acquérir quatre propriétés sur le territoire français, que Chérif Rahmani vende ses appartements du 16e arrondissement, que le général Tartag rapatrie son fils Mohamed Acheraf, que Megueddem fasse de même avec sa fille niçoise, que tous les affairistes cessent leurs affaires scabreuses et après, et après seulement, les parrains et les larbins de Bouteflika pourront nous faire une leçon d’honnêteté, de généalogie et de patriotisme. Pour l’instant, ils devraient fermer leur gueule et raser les murs, car si des Algériens s’immolent, rassurez-vous, ce n’est ni à cause de Mohamed Sifaoui (encore moins à cause de Djamel Chifouna), mais bien en raison des agissements de cet État dirigé par un traître sous le regard complice ou lâche de généraux qui, pour préserver leurs intérêts étroits ou leur carrière, ont laissé le pays entre les mains d’un autocrate indigne se prenant pour un monarque.

Je ne vais pas m’étaler davantage, car je sens que le niveau a déjà atteint les profondeurs des égouts. En fait, le 25 mars dernier quand je rencontrais, à Paris, soi-disant par hasard, Mohamed Megueddem et ses méthodes, dans un restaurant où j’avais mes habitudes, j’ai eu cette désagréable impression qu’on a souvent dans la capitale française lorsqu’on marche malencontreusement sur une déjection canine. Passé ce moment, généralement on s’empresse d’essuyer sa chaussure. C’est ce que je suis en train de faire actuellement. Cela va durer cependant quelques semaines. Mais le lecteur avisé aura compris…

Commenter cet article

Adlandz 27/07/2014 18:07

Je ne suis pas toujours d'accord avec Monsieur SIfaoui , mais la avec cet article je partage avec lui son opinion sur ces Clochards et ces ignarts avec l'arrivée de Toufik a la tête de DRS et le Minable de Boutef , ces 2 Clochards et Moutons ont clocharde l'Algérie. Niveau d'éducation Nationale au plus bas, une Armée bidon et bêtes, l'anarchie et la corruption à 1000 à l'heure, la délinquance 24 heures sur 24heures.

touazi 27/02/2014 21:49

les annés 80 monsieur meguedem et toufik etaient des tres bon amies ils se separt pas l un de l autre. mohamed dit elharrachi que jaime bien surtou ami elayachi allah yarrahmou son pere est de meguedem une commine 15 klm de bba.et toufik de guenzete 50 de bba.Cvrai la plus par des borjien aime bouteflika parcequ il ya mohamed meguedem a ces coté comme consseillé.a+

ZINE 21/09/2011 15:05



Continuez Mr Siafaoui ,on est avec vous de tout coeur !. A bas les larbins et leurs sponsors !!.



Cassis Tizi Ouzou 01/08/2011 08:24



Bonjour Monsieur Sifaoui .J'avais entendu parler de votre livre "Bouteflika ses parains et ses larbins " mais je ne l'ai pas encore lu et j'espère le faire très bientôt.Je lisais certains
commentaires de soi disant " fonctionnaires honnêtes " et " patriotes".A vrai dire je pense , je suis même sur qu'il n en existe que très peu pour ne pas dire pas du tout ceci d'une part.D'autre
part ces pseudo fonctionnaires non seulement honnêtes mais aussi patriotes (rien que ça !!) me rapellent les pamphlets FLNistes : le nationalisme à deux balles qui nous a mené à la catstrophe
dans laquelle nous sommes engagés.Donc à ces Messieurs je dis : vous désirez déballez et bien soyez des hommes tout simplement : faites le !! Et arrêtez de nous bassiner avec votre honnêteté et
votre patriotisme comme si vous étiez les seuls détendeurs de ces qualités ! Y'en a marre de vos niaiseries , de vos manipulations , de vos tricheries , et de votre bêtise.Vous nous prenez pour
des idiots ou quoi ???? Vous voulez nous la jouer au (le)Bon , la brute et le truand !!!!Mguedem est un salaud , Said Bouteflika est sympa et son Frère encore plus !!Aya barka me tmenyik ya
djayhine !Allez raconter vos sornettes ailleurs !L'Algérie est un pays de corrompus et de corrupteurs , les fonctionnaires , les journalistes , les militaires, les magistrats , les greffiers ,
les avocats , les médecins , les flics , les gendarmes etc etc.... pas un corps n'est épargné !!Alors de grace fermez vos gueles et laissez Monsieur Sifaoui parler.



amine 04/07/2011 18:46



au groupe de fonctionnaire ,comm n 13 DU 04 O6 je dirai tout simplement , si nous avions des institutions legitimes on serai pas la ,ce n est pas une question de PERSONNE ,quand vous dites que
BOUTEFLIKA n est pas courant ET que son frere sait tout , et il ne peut rien faire !!!!!!!c est comme si on gere une epicerie , car vous les fonctionnaires et universitaires vous etes tous
COMPLICES ; a chaque elections surtout presidentielles , vous vous rangez tous deriere le condidat du pouvoir quelque soit sa couleure et vous applaudissez ensuite apres sa victoire frauduleuse
et maintenant vous pleurnichez et vous dites qu une telle ou autre personne puisse faire ce qu il veut a votre ILLUSTRE ???????? institution !!!!C EST CE QU ON APPELLE ? UNE REPUBLIQUE
(BANANIERE) a vous



HAKIM 03/07/2011 17:40



je reponds au ROI commentaire n 011 du 03 06 20011 QUAND il dit ces batards de bordj , c est comme si il n ya que ces derniers a bordj , sachez MR , que meme les SIFAOUI ? LES BENCHICOU? LES
SABOUNGI ........sont des descendants des turks , d apres vous on a le droit de les appeller DES BATARDS??? non MR ,il ne faut jamais melanger tout dans une marmitte , en plus vous avez trouver
une tribune pour raconter votre histoire de prison et vous etes hors sujet MR roi!!!!!!!!!!!!



Chouchou MALehh 21/06/2011 11:49



bien fais pour ta gueule meguedem , il se prend pour l'homme qui detien tous le monde avec des dossiers il detient son Ukk !! C'est opportuniste de 1ere categories


il ne fais que pleurer , j'ai besoin de ça de ça ... au responsable , c'est un laiche cul


il n'a aucune dingnté ,rien pas un grame de Redjla une vrai ordure ...BIEN FAIS POUR TA GUEULE  MEGUEDEM JE SUIS entraine de jubilé et lisant des articles te concernant


espece de voyou ...



abdelaziz rahabi 20/06/2011 22:33



A El Harrachi ,


Dans votre commentaire N° 6 du 02/06/2011  vous me citez dans des circontances qui me sont étrangères . Je vous  signale que je n'ai jamais assisté à la rencontre citée ni à aucune
autre avec Moumen Khalifa que je ne connais pas et que je n 'ai jamais rencontré . Bien à vous .


Abdelaziz Rahabi



Mounir 20/06/2011 15:58



La vengence C'est plat qui se mange froid ya Meguedem oulla Mewerrhar



saylar 18/06/2011 14:58



en tt cas le peuples ne veut pas ce révolté tellment ke ce systéme le manipule dune façons kils lempéche de ce cultivé , bon continuation balék wlad lahram bark slm



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents