Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


Le larbin, l’intriguant et le Saint Esprit.

Publié par mohamed sifaoui sur 21 Février 2011, 16:16pm

Catégories : #mohamed-sifaoui

boutefrere.jpgLa presse algérienne, nous le savons, a payé un lourd tribut durant les années 1990. Assassinés par les tueurs islamistes, les confrères, quelles que soient leurs orientations politiques et idéologiques, étaient à l’époque, avant tout, soucieux et jaloux de leur indépendance. Arracher cette dernière en faisant face à des fascistes sans foi ni loi d’un côté et devant un pouvoir qui continue de confondre information et désinformation ne fut pas tâche aisée.

Ces dernières années, alors qu’une grande partie de la presse a atteint un seuil de maturité, le pouvoir, sentant que les choses pouvaient lui échapper, a favorisé la naissance de nouveaux titres, arabophones et francophones, qu’il tente de contrôler à travers la manne publicitaire qu’il s'entête à distiller généreusement selon des critères subjectifs, tant et si bien que ce levier, c’en est un, est utilisé davantage pour récompenser les journaux les plus dociles, généralement dirigés par des maquignons qui ont fait du gain facile et de la propagande éhontée une vocation et un fonds de commerce. Si au moins ils répercutaient leurs gros bénéfices sur leurs salariés qu’ils entretiennent sciemment dans un état de précarité et de vulnérabilité. Mais c’est un autre sujet…

Naturellement, je ne généralise pas. Et sans corporatisme aucun, j’ai plutôt tendance à rendre hommage aux médias algériens dont la mission n’est guère aisée, y compris aujourd’hui. Sauf que dans chaque corporation, les brebis galeuses sont inévitables. Parmi celles-ci le journal arabophone Ennahar et son directeur Anis Rahmani.

Ce freluquet, zélé serviteur d’un foutriquet, lui-même, intrigant notoire et larbin de Said Bouteflika [frère du président] a lancé depuis quelques semaines une campagne de presse contre Said Sadi, leader du RCD et de certains organisateurs des marches pacifiques réclamant le changement. C’est en vérité ce qui me pousse à réagir aujourd’hui.

Le journal en question a osé faire une « révélation fracassante ». Au cours de son dernier séjour à Paris, Said Sadi aurait « déchiré son passeport en présence d’un responsable français du Quai d’Orsay ». Que diable ! Cette information farfelue et dont la nature n’a d’égale que l’incompétence des propagandistes de la présidence et leurs techniques de petits voyous est totalement mensongère.

Anis Rahmani, en piètre intriguant, n’a vraiment pas de chance. Et pour cause : j’ai longuement rencontré Said Sadi, que je connais depuis plusieurs années, lors de son passage à Paris. Honnêtement, il m'a davantage donné l'impression d'être inquiet pour l'avenir de l'Algérie que prêt à toutes les basses magouilles pour faire parler de lui. Il n'a eu de cesse d'ailleurs de fustiger les méthodes de voyous de certains zélés serviteurs du pouvoir qui, à l'évidence, ne reculent devant rien, en bons baltaguias qu'ils sont à l'image de notre plumitif. Ce dernier ne cesse, faut-il le préciser, de clamer qu'il serait intouchable, car, protégé par les "services"(dixit). Si les services sont tombés aussi bas et accordent du crédit à ce genre de baltagui de la presse, mais ou va donc l'Algérie ?

Je peux, cela étant dit, retracer fidèlement l'emploi du temps de Said Sadi et attester qu’il n’a ni déchiré son passeport [l’homme est loin d’être un excité] ni croisé de responsables français [il n'est venu que pour une campagne médiatique puisque les portes des médias lourds de son pays lui sont fermées depuis plusieurs années]. Primo, il n’avait aucun rendez-vous prévu avec un quelconque officiel. Et si Anis Rahmani avait un minimum d’honnêteté intellectuelle et s’il respectait la plus petite règle d’éthique, il aurait pu vérifier, auprès de l’ambassade de France à Alger ou alors en appelant le bureau de presse du Quai d’Orsay, avant de « balancer » n’importe quoi, uniquement pour plaire à ses maîtres. Le zélé serviteur de Said Bouteflika et de quelques officines proches des services aurait pu se rendre compte, par exemple, des attaques formulées par Said Sadi à l’encontre de Michèle Alliot Marie, cheftaine de la diplomatie française sur le plateau de LCI (voir la vidéo). Secundo, Said Sadi avait un plan médiatique tellement chargé qu’il lui était impossible de croiser y compris certains de ses militants. Entre mercredi et vendredi soir [durée de séjour de Sadi à Paris], le leader du RCD a du être transporté, plusieurs fois, en deux roues pour arriver à l’heure aux studios des différentes émissions auxquelles il était convié. C’est dire qu’il serait intéressant de voir si « le bien informé Anis Rahmani » peut demander à « ses sources tout aussi bien informées » de nous préciser quel jour et à quelle heure Sadi aurait rencontré ce fameux responsable du Quai d’Orsay et donc, déchiré son passeport comme un excité voulant se donner en spectacle. Tertio, le larbin du larbin de la présidence, peut-il nous expliquer, de manière rationnelle, quelles seraient les motivations de Said Sadi. Pourquoi aurait-il détruit son document de voyage pour ensuite se réveiller samedi à 4h du matin [il devait prendre le premier vol à destination d’Alger], aller à l’aéroport en compagnie du député Rafik Hassani, simuler une perte de passeport juste avant l’enregistrement, rater le vol, prendre un taxi pour le consulat, réclamer un laissez-passer auprès des autorités consulaires, pour enfin s’envoler à midi à destination de la capitale algérienne ? Ce fou furieux que serait devenu subitement Said Sadi aurait donc écrit tout un scénario de Bandes dessinées pour renverser le régime de Bouteflika.

Soyons cartésiens. Soit Said Sadi, le docteur en psychiatrie est fou. Auquel cas, il faut le laisser marcher comme tous les fous dans les rues d’Alger, un sac de Nespresso à la main, vêtements déchirés, yeux hagards, criant à tue-tête « donnez des pages de pub à Ennahar ! ». Soit c’est Anis Rahmani qui est fou derechef, auquel cas, il faudrait, au plus vite faire quelque chose, car il pourrait continuer à se dire journaliste et jouer le petit parasite au sein de la presse algérienne.

En vérité aucun des deux n’est fou. Le premier est un leader d’opposition : on peut être d’accord ou pas avec lui, mais dans le cas d’un désaccord il faudrait lui rétorquer des arguments politiques, le second, quant à lui, est un tout petit propagandiste, larbinisant la profession de journaliste. C’est une sorte de sous produit des années de plomb qui a oublié que Sadi résistait au terrorisme islamiste, assassin du peuple algérien, pendant que le frère de son mètre trente - que dis-je voyons ! -, de son maître... sirotait du Nespresso dans les palaces genevois. Amnésie quand tu nous tiens !

Sous produit, il l’est tellement qu’il est allé jusqu’à reprocher à Said Sadi d’avoir acheté à Paris des capsules Nespresso.  Voyez le niveau ! Je lui conseillerai d’aller faire les poubelles du RCD pour voir s’il n’y a aucune trace de foie gras et aucun signe d’un aliment à connotation occidentale ou d'une quelconque boisson à caractère subversif pouvant mettre en péril l'Etat algérien et ses institutions, car, nous le savons, les frères Bouteflika ne mangent peut-être pas ce qui est français, mais adorent la hrira marocaine. Eux, n’achètent pas français, pas assez bon pour eux, ils achètent le silence, font des affaires dans l’immobilier et couvrent les membres de leur clan qui ont trempé dans les affaires de la Sonatrach et de l’Autoroute est-ouest. Alors chiche, une fois n’est pas coutume, baissons le niveau pour être à la hauteur de ce cher Anis Rahmani et surtout pour être audible de ses semblables.

Évidemment les capsules de café, c’est beaucoup plus choquant que les appartements que possède, à Paris, Chérif Rahmani, son homonyme, néanmoins ministre de ses maîtres. Un Algérien démocrate qui achète du Nespresso à Paris est coupable d’une haute trahison surtout si, en plus, il a le malheur de perdre son  passeport. Une haute trahison [Anis Rahmani rappelle que Sadi devrait écoper de trois ans de prison], dis-je, contre tous les « bons patriotes » comme Anis Rahmani, sa famille et ses maîtres.  Le plumitif « bien informé », patriote par intérêt mercantile, ignore probablement le nom des ministres qui ont commandé, aux frais du contribuable algérien, auprès de restaurateurs et traiteurs parisiens foie gras, champagne, vins, huîtres et j’en passe durant les récentes fêtes de fin d’année. Anis Rahmani  qui était à Paris encore récemment n’a pas acheté de capsules Nespresso. Certainement pas ! Il ne boit pas de café, il boit la médiocrité de ses maîtres qu’il ressert d’ailleurs à ses lecteurs. Durant son passage en France, il aurait du s’offrir néanmoins une petite cure de culture et d’intelligence en allant faire un tour à la Fnac ou au théâtre, sinon acheter Le journalisme pour les nuls, car, il est au journalisme ce qu’Aliboron fut à l’art pictural.

Si je prends aujourd’hui la défense de Said Sadi, ce n’est pas parce que je serais un militant du RCD, tant s’en faut. Je prends d’ailleurs la défense de la vérité. J’ai l’habitude d’avoir des divergences avec le leader du parti démocrate, mais je n’apprécie guère la mauvaise foi et les attaques en dessous de la ceinture, digne de la Pravda. La malhonnêteté intellectuelle d’Anis Rahmani est, non seulement, sans limites et connue dans la profession en Algérie. Elle vient désormais de traverser la méditerranée. Avec son alter ego d’Echourouk, maquignon comme lui, il fut dénoncé récemment par plusieurs journalistes qui ont tenu à se démarquer du traitement inepte que réservent ces deux canards boiteux aux organisateurs des marches pour le changement. Même El-Moudjahid, jadis organe du FLN, n’avais jamais osé atteindre ce niveau de médiocrité. Ennahar est à l’image de ses maîtres. Leur objectif : abêtir le peuple et faire rayonner la médiocrité. Qu’ils se rassurent : le monde est en train de changer et l’Algérie aussi…

 

PS : Le petit maître à penser d'Anis Rahmani, je parle du vrai patron d'Ennahar n'est pas cité pour l'instant non pas, parce qu'il ne cesse de se réclamer d'une quelconque puissance institutionnelle, mais tout simplement parce qu'il mérite, lui, un traitment médiatique spécifique et classique qui dévoilera, le moment voulu, la réalité de ce triste personnage qui s'est illustré ces dernières années par des intrigues et magouilles cherchant à asservir la presse algérienne en laissant croire qu'il serait en "mission commandée". J'y reviendrai donc bientôt sur un tout autre support médiatique.

Commenter cet article

rachil 10/06/2011 10:12



merci monsieur sifaoui de vos articles judiceiux mesures et verifiables!!ca c 'est du journalisme et de la probite intellectuelle!!!mais de grace!!!arretez les comparaisonns aces les gens d
ecchourouk et consorts: ils ne sont pas de votre niveau et votre education:!je ne tomberais pas dans leurs travers et me mettre aussi a la delation !!!!!bien faire et laisser braire dit
on!!!alors laissez ces minables a leurs conneries !!!!DIEU RECONNAITRA LES SIENS!!!! merci pour vos livres et vos articles tres bien faits ,continuez, que dieu vous benisse mon cher mr sifaoui


cordialement


Rachid



jazairi 03/04/2011 16:26


Bonjour Monsieur Sifaoui, c'est pour la deuxième fois que je vois des articles sur le journal ENAHAR d'Algérie qui font carrément des appels au crime, au début ils ont visé le docteur Saadi ou ils
l'ont exposé à des violences maintenant c'est à votre tour de subir des menaces de ce journal terroriste et baltaji qui est subventionné par Said Bouteflika et on le sait tous, il n'est pas grand
temps que ce journal criminel soit esté en justice? poursuivez les dans les vraies instances judiciaires car ces gens la ont démontré clairement qu'ils sont contre toute ouverture et contre
quiconque qui pronnonce le nom du président Bouteflika


ahmed 24/03/2011 23:21



je ne suis pas d accord sur quelque point a juste titre vous faites fausse route sur des personnes que je connais mais sur le reste je suis d accord 


 



redouane 04/03/2011 14:33



Sur le fond, je suis d'accord avec vous concernant ennahar et echourouk, c'est des vrais journaux poubelles, mais de grâce, ça ne sert à rien
de parler de gens là, c'est leurs donner trop d'importance.


 Autre chose, Said Saadi n'est surement pas la cause des malheurs de
l'Algérie, pour cause ce n’est pas lui qui à gérer le pays pendant 50 ans. Mais à votre avis, pensez vous que le fait d'appeler à manifester tous les samedis, n'a qu'un objectif : empêcher
d’éventuels soulèvements spontanées des jeunes qui seront imprévisibles et incontrôlables. Je vous assure que pas mal de gens ici à Alger le pensent.


Cordialement


 



tonia 26/02/2011 15:00



Je voudrai dans un premier temps laisser un commentaire sur la vidéo montrant Monsieur Saïd Sadi dans une manif, il est vrai qu'en Algérie, le fait de vouloir découvrir la tête d'un policier est
si terrible, que Monsieur SAIDI doit sûrement être considéré comme "ennemi de la nation et du peuple", par les dirigeants.


HIHI Ca fait bien rire la terre entière. "On n'est pas des abrutis... merci pour tout !"


Dans un deuxième temps, je voudrai féliciter tout ceux qui ont le courage de s'opposer à toutes les formes d'oppressions. Vous êtes tous des modèles !


VIVE LA LIBERTE



elleil 23/02/2011 17:38



oui ennahar = poubelles


Etant arabophone, j'ai été voir leur site, niveau au ras des paquerettes


Merci d'avoir dénoncé ce "larbin"



SALIM 23/02/2011 00:01



mister sifaoui ... vous dites que 'lhomme 'nest pas un excité ?   je vous invite donc a voir cette video et je serais curieux de savrio comment doit on nommer cela
http://www.youtube.com/watch?v=1YtTmM3-anM



mohamed sifaoui 23/02/2011 00:16



Si vous n'avez que ça cher Monsieur, c'est bien maigre comme argument. Je préfère un homme politique qui manifeste et qui se bat pour son pays et pour le peuple à celui qui crée le malheur de son
peuple à partir de son bureau.


Je vous renvoie au billet de mon confrère Hakim Laalam du soir d'Algérie daté de ce mardi, vous aurez une réponse à laquelle j'adhère. En substance la question à poser aujourd'hui, me
semble-t-il, est simple : les problèmes de l'Algérie proviennent de Sadi ou du pouvoir ? Lorsqu'en votre âme et conscience vous aurez répondu à cette question, vous aurez une réponse complète à
votre commentaire. Je suis cependant ravi que ce soit la seule phrase qui vous ait gêné dans le billet



sellah 22/02/2011 19:22



je vous admire vraiment bien ,sur ls chaines etrangérs vous etes une fierté lors des débats. je vous sugjerre une chose toute simple. il s'agit de votre aticle que je veux beucoups d'ageriens
lisent en arabe et francais svp svp envoyez l'artiles pour les journaux nationaux. si ca necessite honoraires je peux prendre en charge les dépenses qui peuvent en découdre merci beaucoups mr
sifaoui bon courage. abat les hypocrites et les imbeciles.



selah 22/02/2011 19:16



bravo bravo bravo


 



YugaR 22/02/2011 18:24



Bravo Mr Sifaoui pour votre honneteté intellectuelle !!! Hélas y'en pas beaucoups comme vous en Algérie pour rétablir les vérités. Bon courage à vous et Said Sadi et à tout le peuple algérien qui
se bat tous les jours contre ces tyrans, voyous délinquants qui gouvernent ce pays.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents