Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


Fatwa

Publié par mohamed sifaoui sur 3 Décembre 2006, 23:14pm

Catégories : #mohamed-sifaoui

Un ayatollah lance une fatwa contre deux journalistes azerbaïdjanais


Reporters sans frontières exprime sa plus vive préoccupation suite à l’annonce d’une fatwa (décret religieux) appelant à tuer Rafiq Nazar Oughlo Taghi li (voir photo), journaliste du bi-mensuel azérbaïdjanais Sanat (“Industrie”), et son rédacteur en chef Samir Sadaght Oughlo, accusés d’avoir publié un article jugé blasphématoire.

“Dans un contexte particulièrement tendu depuis l’affaire des caricatures de Mahomet, publiées en février dernier par un journal danois, nous appelons les autorités iraniennes à calmer les esprits. Nous demandons par ailleurs aux autorités azerbaïdjanaises de tout mettre en oeuvre pour assurer la sécurité des deux journalistes. Il est profondément choquant et complètement inadmissible que des fondamentalistes religieux demandent ainsi la mort de deux hommes qui n’ont fait qu’exprimer leurs opinions ”, a déclaré l’organisation.

Rafiq Nazar Oughlo Taghizadh, 56 ans, avait écrit, le 6 novembre 2006, un article intitulé “L’Europe et nous” dans lequel il établissait une comparaison entre le vieux continent et les pays musulmans. Cet article, qui s’appliquait à démontrer la supériorité des valeurs européennes, a suscité l’indignation en Azerbaïdjan et en Iran.

Interpellé par des fidèles azerbaïdjanais qui lui demandaient conseil, Fazel Lankarani (voir photo), l’un des plus grands ayatollah de la république islamique d’Iran, a émis sur son site Internet (www.lankarani.org <http://www.lankarani.org/> ), le 25 novembre 2006, une fatwa appelant à tuer le journaliste “apostat” et le rédacteur en chef du journal qui a autorisé la publication de l’article.

Lire la fatwa en ligne en persan : http://www.lankarani.ir/far/new/view.php?ntx=104033

Source Reporters Sans Frontières (RSF)

Commenter cet article

Tertullien 16/02/2007 21:40

La liberté d'expression en terre d'Islam ne pourra se faire qu'en retournant à l'enseignement des Mu'tazilites
LE MU’TAZILISME
 
         Al-Ma’mûm, fils de Hârûn ar-Rashîd, arrive au pouvoir en 813, à vingt sept ans, après avoir vaincu par les armes l’héritier légitime, son frère, grâce au concours des persans. Il faut dire que les persans sont partout -  et le calife lui-même est fils d’une esclave persane ; ils gouvernent et administrent à Bagdad et dans les provinces ; ils dominent aussi l’intelligensia.
         Le nouveau calife, qui a reçu une très bonne éducation – de maîtres persans – ouvre aux savants la bibliothèque que son père avait créée dans la capitale pour son usage privé, la Maison de la sagesse (bayt al-hikma) ; il en fait un lieu de débats ; il y rassemble de nombreux manuscrits perses (pahlavis) byzantins (syriaques et grecs) qu’il fait traduire.
 
Le Coran, créé ou incréé ?
 
Al-Ma’mûm va se déclarer adepte du mu’tazilisme. C’est une école qui, à partir d’une réflexion sur la question de la toute puissance de Dieu et de la liberté de l’homme, l’unicité de Dieu et ses attributs. (en réaction en partie au dualisme mazdéen et aux dogmes chrétiens.) a développé en une cinquantaine d’années une doctrine qui peut être qualifiée de rationaliste. La révélation est en cause. Les mu’tazilistes ne croient pas que Dieu ait délivré aux hommes un livre ayant l’attribut d’éternité comme Lui. Un Coran incréé contredirait le dogme de l’unicité divine (tawhid), qui est au centre de l’Islam. Dès lors que le Coran est créé, qu’il est un fait d’histoire qui s’explique par des circonstances et des hommes, il peut être corrigé, mis à jour. D’autre part, Dieu ne peut avoir recommandé aux hommes des comportements qui ne sont pas conformes à la raison : certains passages du Livre saint qui prêche le mal tel que la raison permet de le définir ne peuvent être paroles de Dieu. Un tri commence entre les versets, dont certains sont abrogés.
Al-Ma’mûm, dès son arrivée au pouvoir, est en quête de la pierre philosophale qui lui permettra de reconstituer un empire unitaire et lui en garantira la pérennité. Dans un premier temps, il croit trouver la solution dans l’instauration d’un califat shiite à Bagdad.
Comme les agitations ethno-politico-religieuses ne cessent pas, le calife intellectuel va tenter un autre pari. Il déclare le mu’tazilisme doctrine officielle.
En 827, il proclame que le Coran est une création et il exige que tous les fonctionnaires et officiels de l’Empire, à tous les niveaux, professent publiquement la même conviction. Aussitôt, la haute hiérarchie de l’orthodoxie résiste. Elle en appelle aux croyants ‘de la base’.
Se conformant aux comportements despotiques de ses prédécesseurs à la tête de la communauté islamique, le calife tente d’imposer ses vues par la force. Il installe une police et justice de la pensée, une ‘inquisition’ (mihma : épreuve) qui va subsister après sa mort, en 833, sous ses deux successeurs, al-Mu‘tasim et al-Wathîq. La prison, le fouet, la torture, la peine de mort même frappent les opposants.
 
A-Mutawakkil, à partir de 847, revient à une stricte orthodoxie sunnite. Professer la création du Coran sera puni de mort.
Le courant rationaliste ne disparaît pas de la philosophie arabe, mais les philosophes se gardent bien d’attaquer de front les dogmes sur lesquels repose le pouvoir islamique. Le plus connu des rationalistes en Occident, le cordouan Averroès (Ibn Rushd, 1126-1198) fut condamné à l’exil, ses livres furent brûlés et son œuvre n’eut aucune conséquence sur l’Islam.
Le fondamentalisme islamique n’aura été ébréché par le rationalisme que pendant quelques années, par la volonté d’un calife cultivé, et lui-même tyran totalitaire.
 
René Marchand, auteur de Mahomet, Contre-enquête –Edition de l’Echiquier  -
cité par MONDE et VIE n° 769, page 15
Monde et vie – 14, rue Edmond Valentin 75007 – PARIS
 
 

Odal GOLD 09/02/2007 23:36

     Le moyen âge est à nos portes et il faut se méfier, même en France, de certains politiques qui prétendent soutenir Charlie Hebdo – et qui veulent flinguer la laïcité. Par exemple, malgré son soutien apparent, Sarkozy est un homme dangereux : http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=698
     Je pense que les « monothéismes judéo islamique chrétiens » reflètent un drôle de psychisme : http://elhaz.blog4ever.com/blog/lirarticle-73740-195832.html
     Moi, je pense qu’à la finale le problème c’est les gens. Ils ne s’aiment pas et ils veulent nous évaporer tous dans leurs mirages, aujourd’hui l’islam, le christianisme, le libéralisme économique, et demain ce sera de nouveau des histoires de chair à canon, ou quelque chose dans ce genre : http://elhaz.blog4ever.com/blog/lirarticle-73740-240405.html
     Odal GOLD www.odalgold.com
 

wolfy 24/12/2006 09:54

Je hais les trucs en isme !!...comme obscurantisme....

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents