Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


Allah Ghaleb !

Publié par mohamed sifaoui sur 9 Avril 2009, 12:51pm

Catégories : #mohamed-sifaoui

Aujourd'hui, c'est un jour de deuil pour les démocrates algériens. Le monarque Abdelaziz Bouteflika, qui manie le populisme aussi bien qu'un islamiste maniant le poignard a su hypnotiser une partie d'un électorat ne possédant aucune culture politique, écarter les opposants les plus sérieux en verrouillant les champs politiques et médiatiques et surtout en allant vers toutes les compromissions avec les tenants de l'islam politique.

Bouteflika est devenu par là même, l'exterminateur de la démocratie en Algérie. Élève assidu d'une école autoritaire qui lui a appris à bafouer toutes les règles démocratiques, le président-roi a fait ce qu'ont réalisé avant lui la plupart de ses amis tiers-mondistes. Il sera, à partir de ce 9 avril, président à vie d'une Algérie meurtrie par les islamo-fascistes et les nationalistes corrompus. L'armée et ses puissants services de renseignements applaudissent en silence à cette mascarade électorale tout en prenant part activement à la réalisation de tous les vœux du monarque qu'elle a, elle-même fait roi dès 1999, avant de se voir neutraliser par un président qui voulait tous les pouvoirs, les pleins pouvoirs pour lui, pour les membres de sa tribu et pour ses amis. L'Algérie n'est plus d'ailleurs dirigée par un pouvoir militaire, mais s'est progressivement transformée en un État militaro-policier qui par plusieurs tours de passe-passe est arrivé à donner à une dictature le visage d'une démocratie.

Parce qu'attention, il paraît que quelques libertés existent encore. La presse peut critiquer le président à condition qu'elle ne soit pas trop méchante avec lui sinon l'ANEP, la régie publicitaire de l'État se chargera de couper les vivres aux plus virulents ; l'islamisme, lui, n'est plus dans l'opposition puisqu'il est devenu idéologie d'État ; le terrorisme continue de frapper, mais tant qu'il touchera les petits soldats et les policiers de la base, Al-Qaïda peut poursuivre ses actions sans risquer de faire face à une grande offensive antiterroriste ; les démocrates peuvent continuer de gesticuler puisque le pouvoir s'entête dans sa politique de diabolisation et de marginalisation en cherchant à les confiner en Kabylie pour mieux exacerber le régionalisme.  

Et malgré tout ça, certains de ceux qui trouvent un intérêt avec le système disent que les « choses se sont améliorées » sous Bouteflika. Il est vrai que l'Algérie a réussi à rembourser sa dette publique et que ses finances se portent très bien. Le nier serait de la malhonnêteté intellectuelle. Mais il faut en même temps rappeler quelques vérités. Si l'Algérie est un pays riche, grâce à des réserves de change qui feraient rougir les plus grandes puissances économiques, la répartition de cette richesse ne touche que la clientèle du régime. Les plus défavorisés continuent de l'être. Et les jeunes préfèrent tenter des traversées clandestines pour rejoindre l'Europe et mourir en mer que de demeurer dans un pays qu'il ne leur offre aucune perspective d'avenir. Les salaires sont bas, le taux de chômage est effrayant, l'inflation ne cesse d'accroître, mais tant que ces problèmes ne touchent pas le clan présidentiel, tout va bien !

D'ailleurs ceux qui défendent le mieux le pouvoir algérien sont souvent, ceux-là mêmes qui croient tellement dans son système de santé qu'ils viennent se soigner en Europe, ceux qui défendent le système éducatif sont ceux qui envoient leurs enfants étudier en Occident et ceux qui se disent fiers de l'économie algérienne sont ceux qui ne consomment que des produits étrangers. Même la télévision algérienne, ils la trouvent géniale puisqu'ils ne regardent que les chaînes étrangères. Tout va bien en Algérie quand on vit, une partie de l'année, à l'étranger ou lorsqu'on a les moyens d'y aller régulièrement et de profiter du système mafieux et corrompu qui gère le pays.

Mais de plus, si l'économie algérienne va bien, il faut dire Merci à Messieurs Gaz et Pétrole. Ce sont eux les véritables responsables de l'économie. D'ailleurs, c'est grâce aux richesses du sous-sol que l'Algérie est arrivée à régler ses dettes publiques. Et si des opérateurs économiques étrangers sont présents à Alger, c'est tout simplement parce qu'ils savent que les maîtres locaux, s'ils n'ont pas d'idées, ils ont du gaz et donc de l'argent à dépenser. Alors comme dit un vieux dicton algérien, ils s'intègrent dans une logique qui veut que « les intelligents continueront à vivre tant qu'il y aura des imbéciles ». Raison pour laquelle, les grandes démocraties se sont intelligemment gardées de formuler la moindre critique devant les manœuvres antidémocratiques de Bouteflika et les imbécilités de ce dernier. Ils savent que grâce à lui, certaines de leurs entreprises continueront certainement à vivre. Cela s'appelle de la realpolitik.  

Je pense que beaucoup d'Algériens sont d'accord avec ce que je formule là comme inquiétude à l'égard de mon pays d'origine vis à vis duquel je me considère de plus en plus éloigné. Ils diront probablement avec beaucoup de fatalisme « Allah Ghaleb ! », à traduire par « Dieu l'a voulu ». Oui Dieu, peut-être, mais alors Dieu s'appelle à partir d'aujourd'hui Abdelaziz Bouteflika et il a scellé la destinée de la démocratie.    

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sam 01/05/2009 06:18

mrs saifaouiavez vous deja pensé au terrorisme en algerie de la manière suivante: un peuple vit PRESQUE sans problemes, ne pense a rien qu'au bonheur. on crée quelques probleme pour rompre cet equilibre, on invente un terrorisme bien armé ( on sait pas d'ou ou comment il a eu les moyens!!!), on fait semblant d'aider les algeriens à se debarrasser de ces terrorisme meme si cela veut dire qu'il y aura des victimes civiles, le terrorisme est vaincu, le peuple nous remercie, on assume le pouvoir sans rien faire.je sais que je suis encore jeune pour dire ça mais c'est difficile de vivre en algerie 20 ans en parlant politique, c'est dur: en parler et savoir qu'on peut rien faire, ça ne donne que des infarctus du myocarde. 

Thomas 22/04/2009 14:25

Cher Mr Sifaoui,Je recherche le terme en langue arabe (je sais qu'il existe, je l'ai simplement oublié) qui désigne le fait que les Arabes acceptent la dictature, tant que c'est un des leurs qui est au pouvoir. Car dans le cas de l'Algérie, il me semble que cette définition s'applique (presque) totalement. Et si on regarde l'Histoire, on s'aperçoit que cela s'applique d'autant mieux.

mohamed sifaoui 22/04/2009 15:41


Il y a plusieurs citations débiles effectivement du genre : "je préfère être maché par mon frère que craché par mon ennemi" ou "ton frère est sacré, ton ami te trahira", ou encore "s'il me mache
mon frère ne m'avalera jamais" etc.


samah 21/04/2009 21:45

Est ce que c`est vrai que vous avez travaillé au debut pour les services secrets algériens  et que vous travaillez maintenant pour le mossad.J`ai eu cette info au hasard du net  conformer par vos positions et vos propos qui vont dans le sens des interets israeleens .

mohamed sifaoui 22/04/2009 10:30


Si vous cherchez encore mieux szur le Net vous trouverez que que je travaille également pour la DST, Satan, Disneyland et le Vatican. Alors méfiez-vous des rumeurs...


Salam 16/04/2009 00:45

Subhana Llah!Quelle verve, quel talent, quelle émotion...Se souvenir. Compatir. Condamner. Préserver sa conscience des impuretés du présent, les lavant à l'eau amère et salée de nos larmes qui même si elles n'osent s'écouler de nos yeux, inondent nos coeurs. Immondialisation économique, qu'attends-tu pour blêmir devant ta scélératesse? Ton visage fardé ne trompe que du lointain, mais à ton rivage, la nécrose vomitive nous saisi les entrailles. On t'appellait Lilith autrefois, et tes rois étaient légions. On t'appela Babylone, et ton signe est toujours le même: l'orgueil inassouvi. Quand viendra l'heure où tu t'affaissera, puissions-nous nous souvenir du sang des innocents, et ne pas joindre nos péchés à ceux des assassins par qui l'horreur perdure.

claudie 13/04/2009 17:36

sans commentaires, très émouvant...

JUBA BOUMRICHE 13/04/2009 14:42

Suffit-il d’avoir…
Aube. Petit ciel où s’évaporent, célérités confuses ; les ultimes utopies bercées par une nuit lassée de sa toge de conseillère. Le jour se lève. Ah ! Ce moment enflé de tant d’espérances. Et de promesses. Dans l’intermittence où s’engagent les prunelles ouvertes sur la vaste fenêtre. Le pays, beau, silencieux. Brouillards. Cet astre majuscule bégayant un langage énigmatique, enjambant monts, illuminant ravins et marais ; course relance. Vaincre la Nuit. Convaincre les nulles solitudes. L’astre qui s’invite : gaietés, en essaims. Dans vos maisons. Dans vos cœurs. Quoique, lumières aux prises d’avec les battements haletants. Lumières. Chacun sa part. Même dans ce pays tardif. Beau. Et pourtant ! L’on oublie que tous les pays du monde sont beaux. A la mesure du Vivant là, de ceux qui sont toujours là.
Suffit-il d’avoir ce bleu, éternel azur !
Suffit-il d’avoir…
Ce 09 avril 2009… C’est encore loin. Lumières tardives. Il pleut comme vache qui pisse toutes ses entrailles. Larmes. Coudre les minutes qui viennent rangées finitudes d’humeurs incertaines qui compliquent un quotidien déjà amorphe dans un pays à jamais ( ?) chu corps et esprit dans ses propres abyssales chimères.
Ce pays déchiré.
Abominé.
Cœur papillon. Éthéré. Ou presque. Peuple ; tant de poitrines malades. L’Astre n’y est pour rien. Il, lui, l’astre n’y peut rien. Absolument.
Qu’avons-nous à dire ? Qu’ai-je à dire, moi ? Comment ?
Aujourd’hui. Je suis triste.
Je n’irai pas à leur cinéma scélérat. Je n’irai pas… je n’ose dire ce mot ! Je ne veux pas.
Aujourd’hui. Le 09 avril 2009. J’irai me recueillir sur la tombe de mon ami Karim L. Lâchement assassiné par les nervis de la dynastie des saccages. Il n’avait que 21 printemps. J’y irai. Redessiner, ô mon ami, tous nos sourires de rescapés !
Oui ! Karim, aujourd’hui l’on parle avec insistance et manières bouffonnes d’amnistier tes bourreaux sauvages.
L’amnésie qui court.
O cœur ! Orphelin. 11 ans, déjà ! J’irai dans ce cimetière sous l’ombre de l’olivier protecteur… Ma promesse. Ma seule promesse. Celle qui me reste. Celle qui résiste. Qui réprime mes folies passagères. Me survive. Aux temps. Je n’oublierai point. Rien.
J’irai là déchirer quelques grossières CERTITUDES annoncées pour le matin du 10ème jour de ce mois d’avril…
***
- Dans la mémoire de ceux et de celles qui, un matin ou un soir, sans faire leurs derniers adieux, sans nous redire leurs amours et affections ; celles et ceux qui voulaient vivre, Vivre ; toutes celles et tous ceux qui, âges confondus, voulaient continuer le Voyage et auxquels la BARBARIE INTEGRISTE refusait le dernier Mot d’aspiration : VIVRE.
- A Karim Lebdiri, à Rabah Boufateh tombés sous le drapeau en juin 1998 pour que vive notre Algérie; à la petite Sabah, la lycéenne de Meftah égorgée devant ses camarades ; elle qui refusait l’abjecte soumission.
- A toutes les mères inconsolées.
- A tous les pères trahis qui ne veulent oublier.
- A toutes les épouses jeunes orphelines.
- Aux frères et sœurs souillés.
- A celles et ceux qui entretiennent encore et toujours le beau feu d’Avenir : la soif d’une JUSTICE sans vengeance.
- A celles et ceux qui disent : Non à l’amnésie institutionnalisée.

El malik Boutef el aouel ! 13/04/2009 11:26

C'est ce qu'il faudrait ajouter sur le drapeau algérien : اله غالب ! Moi je mettrais plutôt boutesrika ghaleb, ce serait plus juste ! بتسرقاغالبDieu te garde !

Bouziane Fatima 13/04/2009 10:04

Monsieur Mohamed Sifaoui, Journaliste, Ecrivain, Producteur ou l'art de manier la plume sans aucun talent...BobonneNulle percée dans l'éternité ne pourra jamais dépasser celle que réussit l'homme par la pensée"  El Maari

Youfitry 12/04/2009 11:43

T'as tout à fait raison.l'Algerie existe parce qu'elle a du petrol.Si demain y a plus de petrol alors ,quoi faire?.On a le petrole est tt,et on n'est meme pas arrivé à depasser le Maroc.Je me demande comment ils font sans petrole.Ils se debrouillent tous seuls.Ils ont une monarchie et nous on a un presidence-roi.Je propose de changer la forme de l'Etat pour qu'elle puisse suivre cette évolution BOUTFLIKIENNE. 

Kabyliste 10/04/2009 04:50

Merci frère de combat.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents