Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


A lire.

Publié par mohamed sifaoui sur 17 Mars 2009, 20:25pm

Catégories : #mohamed-sifaoui

J'ai eu le plaisir d'apporter une modeste contribution à cet ouvrage collectif dirigé par Nadia Geerts paru en Belgique la semaine dernière aux Editions Luc Pire. Je me permets de le conseiller vivement.


Présentation de l'éditeur :

Qu’entend-on lorsqu’on parle de laïcité politique ? Qu’impliquerait l’inscription de ce principe de laïcité politique en Belgique dans les textes juridiques fondamentaux ? Pourquoi cette inscription est-elle urgente ? Quelles en seraient les conséquences pratiques pour l’école, pour les administrations et hôpitaux publics ? En quoi est-elle indissolublement liée aux principes d'égalité, de mixité sociale, culturelle et de genre, en droits comme en devoirs ? Entre le respect mutuel et le droit à la critique, entre la liberté d’exprimer ses convictions philosophiques et religieuses et la nécessité de partager un socle de principes collectifs communs, quelle voie construire pour mieux vivre ensemble ? C’est à toutes ces questions que souhaitent répondre les initiateurs du Réseau d’Actions pour la Promotion d’un Etat Laïque (R.A.P.P.E.L.). Direction d'ouvrage : Nadia Geerts Nadia Geerts, professeur de morale, est aussi l'un des piliers de RésistanceS, revue d'information et de lutte contre l'extrême droite. Agrégée de philosophie, militante républicaine et laïque, elle est aussi écrivain. Avec des contributions de Mohamed Sifaoui, Gisèle De Meur, Pierre Efratas, Guy Haarscher, Philipp Bekaert, Fatoumata Fathy Sidibé, Catherine François, Nadia Geerts, Charles Susanne, Michèle Peyrat, Lara Herbinia, Elie Cogan,Jamila Si M’hammed, Hugo Godoy, Georges Verzin, Claude Javeau, Chemsi Chéref-Khan.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ghazi 04/04/2009 12:52

Est-ce au nom de la laïcité que vous continuez à publier ces ignobles caricatures qui choquent tout musulman aussi laïque que vous l'êtes ? ou est-ce au nom de la liberté d'expression ?

mohamed sifaoui 04/04/2009 22:21


Au nom des deux !


Ghazi 03/04/2009 03:34

Mohamed, je voudrais savoir si la laïcité est la négation de la croyance ? autrement dit, est ce qu'on peut être laïque tout en étant croyant ?

mohamed sifaoui 04/04/2009 10:39


La laïcité n'a jamais été la négation de la croyance, elle permet juste la séparation du temporel et du spirituel, l'Etat et les religions. On peut tout à fait être laïque et croyant, il n'y a là
aucune contradiction


claudie 30/03/2009 20:40

Désolée..je m'étais organisée pour assister au Symposium qui fût sans doute très enrichissant de par les participants,dont vous-même.......mais,voilà,journée faite d'imprévus pas jojo...En avez vous été gratifié? Ce devait être...je l'espère positif...???Connaissez vous KHALED ABU TOAMEH,  cfr site UPJF et cliquer sur "contributeurs spécialisés" (c'est traduit)ou voir directement sur son site :  on American Universities and the Pro Palestinian Movement. Il est Arabe-Israélien.Voilà encore un espoir constructif de Vie .

claudie 29/03/2009 15:26

Bonjour à vous,je me permets de vous transmettre une very très belle réalisation de Vie,telle que je la conçois (et j'espère,je pense vous aussi).....la preuve,c'est possible...et ce sont ces jeunes là qui nous grandiront. "Rêver un impossible rêve"? "Imagine..." et ce,conforme à la laïcité "politique.Vous me direz : mais chez nous en Europe la plupart de nos écoles sont ainsi et de par le monde ! je répondrais :oui,mais avec l'"éducation" du "vivre ensemble" en plus.Le site google est soit YMCA Preschool ou Ellazimm.co.uk/gan....petit rayon de soleil....

claudie 27/03/2009 09:50

Merci à vous de participer à ce "Symposium"...J'espère que la Belgique vous montrera que "parfois" le ciel bleu fait partie du paysage de notre "Plat Pays" non point plat de par ses idées...

Chantal 22/03/2009 14:40


Ici, il ne s’agit de définir l’humain, l’interdépendance entre être et faire - auxquels on pourrait ajouter avoir et paraître -. Face aux développements de la Société, il s’agit de définir une laïcité la mieux adaptée possible afin d’intégrer les diverses branches confessionnelles composant la communauté sociale, avec la contrainte un peu paradoxale que l’Etat se doit de rester " neutre " mais sans être indifférent. Dans les faits, cette neutralité n’est que toute relative car toute Société se bâtit sur une culture, une Histoire, des valeurs, des croyances, des traditions…, qu’il serait utopique de vouloir ignorer ou nihiliste de vouloir gommer complètement. Partant de là, le compromis doit se faire sous la triple contrainte interactive : 1/ de la civilisation dans laquelle nous vivons (gréco-latine et judéo-chrétienne) 2/ de la neutralité sans indifférence et 3/ du droit de l’individu à décider de ses propres valeurs. Liberté de croyances, liberté de pensée, liberté d’expression. Nous voilà au niveau des idéologies (à composantes religieuses ou non, c’est le même débat). Que définit la Loi dans ce cadre ? La loi rend interdiction de toute discrimination du fait du sexe, de la religion, de la couleur de la peau, de l’origine ethnique, etc. (vaste jurisprudence…), rend interdiction de tout propos portant atteinte à la dignité et à l’intégrité humaines (…vaste jurisprudence aussi). La loi va encore plus loin puisqu’elle condamne tout appel ou apologie de la haine, de la guerre, etc. Autrement dit, individu libre de décider de ses propres valeurs, d’en disposer, mais responsable : les propos condamnables par la Loi font faute, individuellement ou en groupe. Pour ce qui est des idées, des propos non condamnables par la Loi mais que nous estimons dangereux, nous avons toujours la possibilité de les combattre, les condamner intellectuellement, activer des débats d’idées ou des polémiques (pour peu qu’elles ne soient stériles …), avertir des dangers, etc. J’énonçais tout cela dans une autre réponse. Nous sommes dans un pays de Droit, libre, pays dans lequel le délit de penser, le délit d’idée, n’existe (presque) pas. Quelle chance !

claudie 22/03/2009 11:26

Est paru,dans la rubrique "forum" du Journal "Le Soir" de jeudi dernier une "carte blanche" émise par Daniel Ducarme ("Ministre d'Etat,libre penseur") intitulé :Non à "Durban II", oui à la laicité active. Je ne sais si vous l'avez lu mais en voici,je me permets, quelques extraits :
...Comme toujours en temps troubles,la question "d'où vient ce mal?"est posée.Pire que le populisme, c'est le retour à l'agitation des populismes,c'est le retour à l'agitation des obscurantismes,le rejet du darwinisme et les vélléités de réintroduction du religieux dans l'ordre juridique.
C'est l'heure de la laicité active.D'urgence,même si des modifications de textes sont annoncées,il faut maintenir une totale pression sur le projet de Genève de Durban II,qui veut faire entrer la charia dans le droit des pays occidentaux....
...C'est l'heure de lancez un Appel humaniste à l'Europe. Pour la tolérance,la confiance dans la science,l'intransigeance contre les obscurantismes,la réconciliation des philosophies et des religions sur le socle de nos valeurs.
Agir pour ne pas subir:l'heure de ranimer la flamme de la laïcité dans la société.
Un, instaurons  l'école,le cours de philosophie et des religions en lieu et place de "la ségrégations de l'apprentissage des cultes". Le pouvoir politique a le devoir de créer les conditions de cet apprentissage.Sans le doute,il n'y a pas de tolérance.
Deux,renforçons l'Etat laïc et renonçons à la neutralité.Sans "stigmatiser" (décidément mot mis à la mode!),il faut condamner et réprimer l'utilisation d'un "dieu" à des fins violentes et d'exclusion. Le principe d'égalité est menacé par la passivité de la neutralité publique.Nous avons besoin d'un Etat laïc fort qui ose nos valeurs de liberté et d'égaalité.
Trois,fondons dans l'Etat laïc la réconciliation des philosophies et des religions sur notre socle commun des valeurs.L'activisme militant de la haine casse le dialogue.Les eglises et les communautés philosophiques doivent s'insérer dans l'ordre de l'Etat laïc.Elles doivent reconnaître la Convention européenne des droits de l'homme,se réunir en un "Conseil des Religions et des Philosophies".Elles doivent adopter une charte de respect et de tolérance reconnaissant la démocratie libérale,les valeurs de liberté,de responsabilité,d'égalité,de fraternité et de solidarité socilae et la pertinence de la science....C'est vital pour notre conception de la démocratie.Quatre,exigeons que l'intégration passe par l'affirmation de l'appartenance avant de réclamer la différence.Ce n'est pas une obligation mais un devoir de déclarer son adhésion,de partager les valeurs communes,notamment pour l'égalité entre hommes et femmes.Nous avons besoin que l'intégration soit une réussite fraternelle.........
Qu'en pensez-vous? Est-il plus facile de laisser sa robe religieuse dehors et entrer dans l hémicycle de la neutralité (on pourrait dire déguisé) ou d'y entrer empreints de sa différence et par la reconnaissance se créer un mind "neutre"...est ce seulement possible...mais ce serait plus fort.Je me permets de faire une image :nous avions un chien "Husky" réputé vagabond,indépendant. Mais c'en fût à un point tel que nous pensions lui donner quelques cours de dressage au rappel . Il était extraordinaire de répondant, à l'intérieur  de l'Hémicycle qui se trouvait en bordure de forêt : Waw..En fin de séance,pensions profiter de l'acquis et allions promener : Ah non,non ici n'est point là : je suis husky vagabond et indépendant (il était,je pense à notre image,ne dit-on pas : tel maître,tel chien!)C'est pourquoi,la solution de Daniel Ducarme serait idéale d'une société?Mais alors,il faudrait mettre en application l'écrit de Guy HAARSCHER : La Laicité et le poids des mots...

claudie 21/03/2009 16:11

NB : au tribunal,en justice, oui, l'on juge uniquement sur ce qu'ils font et non ce qu'ils sont! L'on juge l'humain physique, dénué de toute pensée (excepté pour des actes prémédités),de toute émotion (parfois utilisée comme circonstance atténuante  ou pensée "dévoyée" telles les maladies relevant de la psychiatrie).                                
Donc ,bien sûr, il est indispensable d'avoir un esprit neutre et distant pour juger objectivement un ACTE  commis.Je veux simplement dire qu'à ce jour ce serait bien d'établir de nouvelles limites permettant de ne point devoir attendre qu'un acte soit commis au nom d'une idée,religion (parce que idée,religion) et ne point devoir dire IL EST TROP TARD.Quelle difficulté,il est vrai,à définir l'instant de subversité de l'idée car il faut mettre au vestiaire ses habits de religion et garder la neutralité! Comment dissocier être et être "je pense donc je suis"..."Toi si t étais le bon dieu,tu ne serais pas économe de ciel bleu....tu es beaucoup mieux,tu es un Homme .... tu es une Homme..."pour paraphraser J.Brel à nouveau... le tout est de ne pas se prendre pour  un dieu et soi-disant en son Nom..

claudie 21/03/2009 00:56

Je n'ai point évolué dans la lecture du livre "La laicité à l'épreuve du XXIè siècle"auquel vous avez participé.J'en suis toujours à en "finir avec les clichés binaires!" écrit par Pierre Efratas.Dire que le débat démocratique s'efforce du bien-fondé des idées et des choix plutôt que s'en prendre aux personnes ...cad pour ce qu'ils font et jamais pour ce qu'ils sont! Parmi vos commentaires reçus,Chantal, m'a reprise à plusieurs fois à ce sujet.Comment est-il possible de faire sans être? Débattre de l'idée pure sans mentionner par qui elle fut émise, oui c'est possible...dans le but d'arriver à un objectif de jugement impartial de l'idée et non de l'homme. Oui,bien sûr,mais l'emploi du verbe être me dérange car inapproprié.Un débat d'idées oui,néanmoins l'on cite toujours l'émetteur tel: Freud a dit..Camus,theillard de Chardin,Arrabal,Zola,Marx ont dit.. etc. Notre jugement serait plus neutre si l'on faisait abstraction des auteurs,peut-être... on parle donc uniquement des écrits car c'est ce qu'ils ont fait ou font.On les sort de leur contexte,de leur temps..à l'état pur..??Oui.. c'est de l'analyse pure.Mais,Monsieur Sifaoui,dans la vie si l'Etat de laicité politique est face à un personnage qui perturbe le vivre ensemble comment faire? "Attends,je sors tes idées du cerveau,je les mets à plat et on en discute..." TB on applique la neutralité... mais,dites-moi, ses idées perturbent la vie publique..elles sont émises par qui? Cette personne en est responsable,non? et même s'en veux tributaire, proprio..va les déposer à la chambre des brevets (!) ......... Si je comprends bien,émettre une idée  c'est faire? Pour moi pas, c'est au stade d'être, c'est passif. Si je suis (suivre),l'idée qui serait active serait punisable (ok) et la personne qui l'a émise est au stade passif et intouchable??          Peut-être que je suis la seule à me comprendre....Ensuite , parlant de la neutralité de l'Etat face à l'exercice du culte (tout à fait d'accord  mais les partis politiques sont devenus pour certains une forme de religion) je pense que le système Belge (je ne sais comment cela se passe ailleurs) est TB quant à subsidier les cultes.D'où proviendrait l'argent.? J'entendais cet a.m. un membre du gouvernement dire qu"ainsi il peut exister un moyen de contrôle de dérives éventuelles et c'est exact, sans pour autant donner prise à "l'infiltration" dans les décisions de  l'Etat. Je disais quelque part une laicité (politique)-multiconfessionnelle. Pas de signe "ostentatoire" et délibérer peacefullement-contradictoirement.Ses propos ne sont pas toujours "neutres"..Bonjour de bonsoir à vous!
 
 

claudie 19/03/2009 01:13

Voilà,j'ai pu trouver le livre...l"introduction-préface" nous transmet bien,entre autres,à ne point confondre laicité et athéisme militant!Oui, le plus important serait bien de se déconditionner et ainsi dé-"essentialiser",comme vous le dites ,apprendre à ne plus cantonner ,classer :j'appartiens à..donc je suis comme cela de facto...comme si je ne pouvais être autrement.Mais nous vivons dans une ère d'hyper classification,genre "excell" Il faut un fameux déconditionnement de l'esprit,de la pensée..Le "lexique" est tout à fait indispensable et donne une très bonne approche de la conception "laicité-politique et laicité-philosophique(cad "athéisme militant"). Ceci évitant la confusion des mots.L'élaboration de pensée "en finir avec des clichés binaires" permet quelques interrogations quant à sa manière de voir bien que j'adhère avec le concept final évidemment....mais il se fait tard... et demain est ou sera, je l'espère ,un autre jour..Merci à vous...ce met les idées en place... 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents