Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


Aux promeneurs du samedi... Bis

Publié par mohamed sifaoui sur 13 Janvier 2009, 09:20am

Catégories : #mohamed-sifaoui

À la suite de la publication de mes deux précédents articles, j'ai reçu un nombre très important de messages. Entre commentaires, courriels et autres SMS, il y eut près de 300 réactions en deux jours. Je remercie d'abord tous ceux qui ont voulu exprimer un sentiment, une critique, un encouragement ; ceux qui se sont manifestés par un petit mot de sympathie ou de soutien ; et je tiens à dire à ceux qui révèlent une opinion contraire à la mienne qu'ils seront toujours les bienvenus sur ce blog. Ici, ils seront, de toute manière, mieux traités que sur des sites ou forums islamistes où il leur sera plus difficile d'écrire un avis contradictoire à l'idéologie des fanatiques. Enfin, j'ai du modéré très précisément dix-neuf messages qui contenaient tantôt des menaces ou des injures, tantôt des propos racistes ou antisémites. Mais ceux-là sont tellement insignifiants que je ne m'y attarderai pas.

Autre constat rassurant, si beaucoup d'intervenants se sont déclarés juifs ou israéliens, d'autres se disent musulmans, chrétiens, athées ou agnostiques, sachant qu'une telle précision, si elle ne me gêne point, m'est totalement indifférente. Elle montre néanmoins qu'il est permis d'espérer encore et que, malgré, des différences réelles ou supposées, des personnes peuvent se respecter et avoir les mêmes aspirations : en premier lieu la paix.

Après réflexion, je me suis dit qu'il fallait continuer le débat sur la guerre entre Israël et le Hamas et j'avais envie d'aller plus loin dans l'exposition de ma pensée. N'étant pas de ceux qui s'expriment en des termes ambigus et adoptent des positions empruntes de double langage, je souhaite qu'on puisse comprendre quelles sont les raisons profondes qui me poussent à défendre des idées qui, je le conçois, ont beaucoup de mal à passer auprès des masses arabo-musulmanes. C'est un peu le sujet de mon prochain ouvrage, mais je prends le risque de le déflorer quelque peu tant il me semble primordial de participer à l'important débat qui doit exister dans la sérénité autour de cet interminable conflit israélo-palestinien en général et concernant ce drame que nous suivons en direct depuis près de trois semaines.

Premièrement. Je tiens à dire que je suis, moi aussi, très ému, très touché et très en colère lorsque je vois des enfants mourir. Si les auteurs de certains messages fort injustes estiment que le sort des civils de Gaza me réjouit, ils se trompent lourdement. Mais j'espère pouvoir garder un esprit distancié et un nécessaire recul pour tenter d'apprécier la situation avec un maximum de justesse. Je ne sais pas si j'y suis arrivé. Je ne soutiens pas que j'ai raison à tout prix. Mais je n'ai pas envie de tricher. Je le dis sans ambages, n'en déplaise aux fanatiques de tous poils, j'ai écrit avec conviction et sincérité. Je refuse de fonder mes idées sur la base de l'émotion ou encore en les intégrant dans une opinion dominante dans la société. J'ai toujours fonctionné ainsi et je continuerai. Je sais qu'il aurait été plus facile, plus simple et certainement moins contraignant de laisser libre court à mon émotion, de réagir de manière manichéenne, de suivre le climat ambiant, de chanter avec ceux qui scandent des slogans inacceptables, d'applaudir à l'antisémitisme, de défiler sous la bannière des fascistes du Hamas et du Hezbollah et d'être dans une complaisance et dans une connivence communautariste ou religieuse qui m'insupportent. Je suis musulman, ma position déplait à beaucoup de musulmans, soit ! Je suis arabe, ma position déplaît à beaucoup d'Arabes, soit ! Je suis d'origine algérienne et ma position déplait à la majorité des Algériens, soit ! Et enfin je suis un homme de gauche et ma position déplaît à beaucoup de gens de gauche re-soit ! Celui qui croit que dans une démocratie, un intellectuel, un écrivain ou un journaliste est là pour plaire devrait revoir les fondamentaux de ses convictions démocratiques. Les sociétés modernes, les grandes civilisations, les grandes idées humanistes et les plus grandes nations ne se sont pas construites dans un esprit de connivence collective. Elles ne se sont pas fortifiées grâce à des gourous qui dictent la pensée ni grâce à des Ayatollahs. Ce sont les intellectuels, les penseurs, les philosophes, les journalistes, les écrivains, les hommes de culture, les sociétés civiles, etc. qui grâce à leur esprit critique ont participé à hisser leur société vers le haut, à faire bouger les choses, à créer les débats et, en définitive, à faire évoluer la réflexion et la pensée.

Mon problème, réside dans le fait que, dans leur ensemble, les sociétés arabo-musulmanes - y compris celles communautarisées sous cette forme en Occident - préfèrent, en général, vivre, non pas affranchies des dogmes, de la religion, des doctrines, des Ayatollahs, des idéologues et des imams, mais sous la coupe de ces derniers qui leur dicte la pensée qu'ils doivent avoir. Raison pour laquelle que ce soit en France, dans les autres pays européens ou encore dans les pays musulmans, des citoyens sont globalement prisonniers, pire certains d'entre eux sont tels des moutons suivant un berger égaré, des béni-oui-oui incapables de se libérer du diktat intellectuel qui leur est imposé depuis des lustres. Hier, Nasser et le nationalisme arabe étaient à la mode, ils étaient tous nassériens et tous nationalistes. Aujourd'hui, Ben Laden et l'islamisme sont à la mode, beaucoup sont benladenistes et adhèrent à la pensée intégriste. Si demain Raël ou l'Église de scientologie sont à la mode, ils seront raëliens et adeptes de la scientologie à la fois. Dans ces sociétés, et il est dommage que cela se prolonge y compris au sein des « communautés » musulmanes vivant en Europe, on ne critique pas le dogme, le père, Dieu, la doctrine, le Prophète, les textes, l'autorité religieuse ; on se solidarise aveuglément avec les Palestiniens sous ce slogan idiot relayé depuis des années : « Avec la Palestine agressée ou agresseur » ; on n'existe généralement qu'au travers de ce qui est dicté par des gardiens du Temple souvent illégitime et autoproclamés. J'ai décidé pour ma part, il y a bien longtemps de sortir de cette prison qui a ankylosé les musulmans. Ni Dieu, ni les textes ; ni la Palestine ni le Prophète ne sont des tabous. Tout peut-être discuter. Tout !

L'imam a dit on marche, on marche ; l'idéologue estime qu'il faut crier, on crie ; l'Ayatollah a juré de rayer Israël de la carte, on raye Israël de la carte ; Al-Jazira a affirmé : « crime de guerre à Gaza », « crime de guerre à Gaza ». Voilà la vérité de beaucoup de musulmans aujourd'hui. Manipulables à souhait par le premier charlatan du coin. Beaucoup de mes « coreligionnaires » - et cela me désole - sont devenus autant de cerveaux disponibles pour absorber la haine, accepter la violence et cultiver l'intolérance, toutes distillées par des idéologues animés de desseins obscurantistes. Comment expliquer sinon que chaque manifestation que je vois dans les pays arabes - et même en Europe - se termine souvent par des actes de vandalisme et se déroule très souvent dans le brouhaha de propos haineux. L'émotion a, elle seule, ne peut pas tout expliquer. On peut exprimer une colère, y compris en silence. Ce n'est pas en jetant l'anathème sur un peuple, en scandant des insultes débiles ; ce n'est pas en brûlant des lieux de culte et en s'attaquant à la première kippa qui passe ; ce n'est pas en déversant son fiel et en se donnant en spectacle qu'on servira la « cause palestinienne ».        

Deuxièmement. Pour revenir au sujet qui nous préoccupe, pourquoi ai-je appelé dès 2006 à travers un livre que j'avais écrit qu'il fallait, tout en lançant une guerre ouverte au Hamas, négocier sérieusement avec l'Autorité Palestinienne légitime, lui permettre d'avoir des résultats concrets, ce qui la renforcerait politiquement et, au-delà de l'aspect militaire, qu'il était nécessaire aussi de lancer une action sociale qui couperait l'herbe sous les pieds des islamistes du Hamas. J'avais alors précisé également qu'Israël ne devait surtout pas amalgamer combattant de cette organisation terroriste et civils. Si, j'ai formulé ce souhait, c'est en gardant en tête que la réalisation de la paix au Proche-Orient permettra de fragiliser le mouvement islamiste international. Ce n'est pas pour rien que Ben Laden, Zawahiri et leurs émules focalisent leurs discours sur ce conflit si particulier et si complexe. Alors qu'il s'agit là d'un conflit politique, il existe une doctrine qui s'est propagée aux quatre coins de la Planète et qui tente de lui donner un caractère exclusivement religieux. Non ! Il ne s'agit pas d'une guerre de religion, mais bien d'un conflit politique, faut-il le rappeler encore une fois.

Dans ce monde globalisé, nous ne pouvons pas, non plus, réduire un tel problème à une simple dimension régionale. Certes, dans l'absolue il s'agit d'un conflit régional, néanmoins il possède une portée internationale insoupçonnée. Il est utilisé comme abcès de fixation par des régimes arabo-musulmans, illégitimes et corrompus ; il est manipulé par les islamistes pour des considérations idéologiques et de stratégie de recrutement et de mobilisation et enfin il est miné par des partenaires occidentaux qui ont souvent fait preuve d'un égoïsme et d'un cynisme politique exagéré.

Tout en répétant que toutes les victimes civiles doivent être épargnées, c'est là un devoir et une obligation que l'État israélien doit respecter, j'attends néanmoins de voir que cette guerre permettra le démantèlement définitif du Hamas en tant que mouvement fasciste, soutenu par un État tout aussi fasciste, l'Iran en l'occurrence. J'espère qu'à l'issue de cette guerre, des négociations sérieuses vont reprendre avec l'Autorité palestinienne. Mais j'espère surtout qu'Israël jouera le jeu et fera les nécessaires concessions qui seront celles de la paix définitive. J'attendrai enfin de voir la communauté internationale soutenir l'Autorité palestinienne qui doit immuniser la population contre la maladie de l'intégrisme et toute tentation obscurantiste.

Alors oui, je soutiens cette offensive pour des raisons pragmatiques. Je ne suis pas Israélien, je ne suis pas juif. Je suis de confession musulmane et si je m'indigne devant la mort d'un enfant palestinien, je m'indigne tout autant de la mort d'un enfant israélien. Et si certains n'arrivent pas à le comprendre, et bien tant pis !

Je soutiendrai toute guerre qui est lancée contre un mouvement terroriste. Et je comprendrai toute offensive qui sera déclarée à l'intégrisme musulman. J'attends d'ailleurs que des mesures politiques concrètes soient menées à l'échelle internationale pour venir à bout de ce fléau qui ronge les musulmans et l'ensemble de la planète. Alors dans cet ordre d'idée, je dirai qu'Israël avait le devoir et l'obligation vis-à-vis de sa société de venir à bout du Hamas. Les islamistes doivent comprendre, y compris par la force quand il le faut, que les actions terroristes ne les mèneront nulle part !

Troisièmement. La réaction de certains « marcheurs du samedi » m'insupporte parce que je n'aime pas l'antisémitisme. Un commentaire posté hier par une jeune fille me révélait que cette personne avait quitté la marche au bout de quelques minutes tant la haine antisémite exprimée était immense.

Comme le racisme, cet autre fléau est une honte pour l'humanité entière. Détrompons-nous, la Shoah n'était pas le crime d'Hitler uniquement, c'était aussi un crime qui a montré les failles de notre humanité. Alors quand j'entends aujourd'hui des extrémistes essayer de faire bégayer l'histoire, je réagis. Je réagis de la même manière lorsqu'il s'agit d'un Noir, d'un Arabe, d'un Juif, d'un Asiatique ou d'un Indien. On me qualifie de « juif » voire de « sale juif » via certains messages lorsque je m'élève contre l'antisémitisme. Quelle absurdité ! Pourquoi ne me traite-t-on pas de « noir » ou de « sale noir » lorsque je défends un Africain ? Pourquoi personne ne me dit-il « arabe » ou « sale arabe » lorsque je m'élève contre un acte raciste ? Je pense comprendre les raisons enfouies dans le subconscient collectif de certains antisémites. Le « Juif » ne doit être défendu que par un autre Juif. On s'est habitué à laisser l'histoire essayer de se répéter. Alors le « Juif » serait-il indéfendable ? Pas pour moi en tout cas. Toute personne doit être défendue face aux fascismes.

Je ne comprends pas non plus cet affreux amalgame que certains fanatiques tentent de faire en essayer de mixer la situation au Proche-Orient avec la société française. Les Juifs de France ont le droit d'avoir de la sympathie ou même de soutenir Israël comme les musulmans ont le droit d'avoir de la sympathie et soutenir la cause palestinienne. Mais certainement pas le Hamas.

Est suspect, à mes yeux, celui qui, qu'il soit musulman ou pas, soutient cette organisation terroriste, criminelle, premier ennemi des Palestiniens. Celui qui le fait de manière irréfléchie et épidermique, guidée par sa seule émotion, gagnerait à prendre du recul et à se documenter sur l'histoire des Frères musulmans, celle du Hamas, celle du cheikh Yassine et sur celle de l'islam politique en général. Celui qui agit inconsciemment devrait relire la charte de ce groupe terroriste. Je suis prêt à la lui communiquer et probablement que je le ferai sur ce blog d'ici peu.

Donc, oui je le crois profondément quand j'écris dans mon précédent article : « je pense que plusieurs marcheurs du samedi défilent davantage contre Israël que pour la Palestine. Beaucoup d'entre eux ne marchent pas parce qu'ils adoreraient les Palestiniens, mais parce qu'ils ont une détestation idéologique pour tout ce qui est juif et pour tout ce qui a trait à Israël. » J'ai vérifié que j'avais raison après avoir lu et entendu ici et là certains commentaires de « marcheurs du samedi ».

J'aurais certainement l'occasion de revenir sur ce conflit, mais je voulais à travers ce texte compléter une pensée qui, à mes yeux, devait être clarifiée davantage. En tout cas pour certains qui, à l'évidence, n'ont rien compris de ce que j'ai pu écrire par le passé.

Enfin une dernière réflexion. Mais vraiment une toute dernière dite de manière triviale. Mais pourquoi la mort est semée, les guerres éclatent, la famine se propage, les femmes et les minorités religieuses sont opprimées et j'en passe, pourquoi tout ceci se produit à chaque fois que des islamistes contrôlent ou tentent de contrôler un territoire ? C'est, certainement la faute d'Israël me diront certains...      

Commenter cet article

bel kjer ahmed 23/04/2009 23:23

BONJOUR JE SUIS ENTIERMENT D ACCORD AVEC VOTRE ANALYSE SUR LA SITUATION DS LE MONDE MUSULMAN JE SUIS SIDERE DE LA MONTEE EN PUISSANCE DE L INTEGRISME Q JE N AI PAS CONNU DS LES ANNEE 80 ET Q SUBITEMENT LES ANNEE 90 A NOS JOURS DS LES MARCHERS DE TOUTE LES BANLIEUS DE PARIS SA PROLIFERE DE SALAFISTE EN TOUT GENRE NON JE NE VEU PAS VIVRE SOUS LA LOI D UNE CHARIA Q VOUDRAIS NOUS IMPOSSAIENT LES SOIS DISANT  SERVITEURS DE DIEU C EST QUAND MEME TERRIBLE CE GENRE DE MENTALITE ET SA ME SOULAGE Q VOUS MONSIEUR MOHAMED  D  ETRE EN ACCORD TOTAL AVEC VOTRE VISION SUR L INTEGRISME BIEN A VOUS

Françoise 16/04/2009 00:54

Mohamed,je suis française,j´habite en Espagne et je viens de connaître votre blog.Je vous félicite pour votre objectivité et toutes les informations que vous offrez.J´ai étudié l´arabe pendant six ans,je me sentais très attirée par cette culture puis je me suis sentie très choquée par le changement que j´observais chez mes amis arabes.Depuis longtemps j´ai essayé de comprendre en lisant ça et lá.Votre blog m´apporte des arguments et m´aide dans ma recherche de vérité.Merci

claudie 05/04/2009 11:30

je me "permets" de souhaiter la lecture de l'article émis parDaniel Pipes,intitulé "Les palestiniens qui ont aidé à la création d' Israel" et  aussi ,en fin de texte ,cliquer surj'ai "décrit récemment" :" l'enfer d'Israel vaut mieux que leparadis d'Arafat"Ainsi que les autres articles nous éveillant à une forme de lucidité.Le site est: danielpipes.org

Sand 13/02/2009 21:28

Merci d'exister, Mohamed. Cher Monsieur Sifaoui. Merci de votre objectivité. J'ai cherché un livre d'or sur votre blog et je n'en ai pas trouvé, alors j'écris ici. Tout simplement merci pour votre courage, votre intelligence, votre caractère admirable. Je suis juive, fille d'immigrés de Tunisie, en couple avec un martiniquais catholique, et nous avons un petit amour qui va avoir un an. La laïcité et/ou la religion dans le cercle familial privé, et le mélange des cultures dans la paix, forment je pense un des secrets de la beauté de la vie. J'ai des ami(e)s de toutes religions, dont plusieurs musulman(e)s, et entre nous nous parlons des choses de la vie, mais pas de politique.Depuis quelques années je souffre de certains propos contre les juifs et Israël que je peux voir dans les journaux ou sur internet. Et je souffre, depuis que je suis maman, quand je vois une mère perdre son enfant, quelle que soit sa nationalité ou sa religion.C'est pourquoi je vous dis, même si je trouve mes propos, ce soir (vendredi soir, je suis naaaase), un peu banals et décousus, je vous dis, encore et encore : Merci. Vous êtes un grand monsieur.

Claudie 10/02/2009 14:35

je ne sais si vous avez pu lire l'article paru ce week-end dans "La Libre Belgique"(Belgique) de David Meyer intitulé Haine à l'Ouest et fanatisme à l'Est...Oui,ce soir est attendu avec,je l'espère,la raison qui prévaut sur l'émotion oh combien compréhensible..garder mesure n'est pas facile ...

claudie 07/02/2009 21:20

Simplement pour vous informer que je viens de trouver la chanson "Sur la place" de Jacques Brel sur You Tube..Ce sera bien mieux.Bonsoir à vous.

claudie 07/02/2009 14:15

Bonjour Monsieur Sifaoui,Commentaire sans commentaires..
Ce jour,en rétrospective de l'âge d'or de la chanson française se trouvait la chanson de Jacques BREL "Sur la place"de 1955 l'étrange histoire d'une femme qui danse sur une musique orientale...je voulais vous en faire part tellement c'est émouvant et d'actualité : avec musique ce serait bien sûr on ne peut mieux..Sur la place chauffée au soleilUne fille s'est mise à danserElle tourne toujours pareilleAux danseuses d'antiquitésSur la ville il fait trop chaudHommes et femmes sont assoupisEt regardent par le carreauCette fille qui danse à midi.Ainsi certains jours parîtUne flamme à nos yeuxA l'église où j'allaisOn l'appelait le Bon DieuL'amoureux l'appelle l'amourLe mendiant la charitéLe soleil l'appelle le jourEt le brave homme la bonté.Sur la place vibrante d'air chaudOù pas même ne paraît un chienOndulante comme un roseauLa fille bondit s'en va et vientNi guitare ni tambourinPour accompagner sa danseElle frappe dans ses mainsPour se donner la cadenceAinsi certains jours paraîtUne flamme à nos yeuxA l'église où j'allaisOn l'appelait le Bon DieuL'amoureux l'appelle l'amourLe mendiant la charitéLe soleil l'appelle le jourEt le brave homme la bonté.Sur la place où tout est tranquilleUne fille s'est mise à chanterEt son chant plâne sur la villeHymne d'amour et de bontéMais sur la ville il fait trop chaudEt pour ne point entendre son chantLes hommes ferment leurs carreauxComme une porte entre morts et vivants.Ainsi certains jours paraîtUne flamme en nos coeursMais nous ne voulons jamaisLaisser luire sa lueurNous nous bouchons les oreillesEt nous nous voilons les yeuxNous n'aimons point les réveilsDe notre coeur déjà vieux.Sur la plece un chien hurle encoreCar la fille s'en est alléeEt comme le chien hurlant la mortPleurent les hommes leur destinée.

Ben 05/02/2009 00:17

Vous êtes le "Emile Zola" de notre époque...J'ai énormément de respect pour vous.Je tenais juste à vous le transmettre.

MC 01/02/2009 14:19

De la part d'une musulmane laïque,Je viens de tomber sur la deuxième partie de l'article "aux promeneurs du samedi...", et je suis étonnée par votre hypocrisie. Si vous étiez si touché que ça par la vue des enfants morts pourquoi ne pas l'avoir dénoncé dès le début? ce qui est le rôle de tout journaliste qui se respecte. Et pourquoi vous filtrez les réponses qui vous sont destinées, notammment celle d'Amnésty International qui vous a remis à votre place car vous ne savez pas de quoi vous parlez. Encore une dernière chose, ce n'est pas une guerre entre israel et le hamas mais une occupation des terres palestiniennes par un etat sioniste soutenu par la plus grande puissance du monde qui masacre des civils. Et juste pour votre info qui a crée le hamas? Eh ben c'est israel pour contrer le fatah et pour éloigner les gens tels que vous du vrai problème "l'occupation des territoirs Palestiniens et al qods".

L. Stahli 31/01/2009 16:04

MerciMerci pour le courage de votre lucidité et de la recherche authentique d'une sagesse salutaire malgré l'actuelle jungle surmédiatisée des propagandes et des hypocrisies religieuses et politiques de tous bords.J'apprécie vraiment la lumière que vous apportez sur les évènements actuels, ici comme ailleurs.Je n'ai aucune appartenance au judaïsme ou à Israel mais je suis passionné d'histoire objective, de connaissance impartiale des religions et des milliers de "vérités" qui ont forgé l'humanité. J'étudie ces différents aspects de nos "espèces" depuis des décennies et il m'a fallu longtemps pour comprendre à quel point les monothéismes dits du "livre" (en fait il n'y en a jamais eu d'autres) relèvent bien plus d'idéologies politiques fascisantes (prédominance et uniformité universelle d'une élite acceptant une soumission obéissante envers une pseudo-entité supérieure) que de réelles "révélations" spirituelles éternelles ou de grandes vérités cosmiques bienfaisantes. On en est même très loin. Ce ne sont que de simples (mais oh combien efficaces) instruments de pouvoir et de contrôle des masses humaines. Or là où le judaïsme ne s'impose (par choix famillial) qu'aux seuls Hébreux et à leurs descendants par la mère... le christianisme , lui, a récupéré cet instrument de pouvoir et l'a transformé en un "message universel" qu'il fallait imposer à l'ensemble des peuples. Mais la violence active était massivement déconsidéré dans les textes et la conquête du monde en fut donc ralenti. Cependant avec Mahomet cet instrument fabuleux fut repris et amélioré en conséquence. Le "message" intégra pleinement l'utilisation de la violence pour soumettre tous les peuples sans restriction aucune. A bien y regarder on découvre alors que l'ensemble des grands affrontements et massacres humains de ces 1500 dernières années ont été liés à ces concepts "religieux". Il est clair que ce sont ces idéologies qui animent aujourd'hui encore les différents soubresauts sanglants de l'humanité et qui profitent à un petit nombre de "dirigeants" qui savent se servir de ces pouvoirs depuis bien longtemps. Le judaïsme ne concerne lui que les juifs et Israel sans aucune notion de conquête globale, mais par contre le danger représenté par les christianismes et les islams est réel, omniprésent et de nouveau très virulent : conquête du monde et soumission de tous les humains à des "représentants" d'un pseudo-dieu unique - lequel est soit dit en passant totalement factice et entièrement imaginé en Mésopotamie il y à quelques trois mille à peine. Ce danger décline aujourd'hui sa forme la plus active et destrutrice dans des intégrismes abrutissants et aveugles mais qui ne sont en fait que les applications logiques et jusqu'au-boutistes des textes "sacrés" exprimant la soi-disante volonté divine. Or si le christianisme a été freiné et grandement remis en cause par des luttes, des "révolutions" et des rejets internes, ça n'a pas vraiment été le cas pour l'islam. Si aujourd'hui l'idéologie islamique est utilisée sans frein par certains groupes extrémistes c'est justement parce qu'elle leur procure un pouvoir et une jusification "divine" que nul (en dehors de dieu lui-même... donc personne...) ne peut remettre en question. Il est ainsi totalement impossible de faire appel à la raison, à la diplomatie ou aux sentiments humains pour lutter contre ces groupes ou les intégristes de tous poils affiliés à cette idéologie. Aujourd'hui, Israel (le judaïsme avec) est le grain de sable dans la chaussure de la conquête islamique du monde. Un grain de sable douloureux et très très handicapant. Les palestiniens sont donc l'instrument tout trouvé par l'ensemble des islamistes extrémistes pour s'en prendre à Israel. Et peu importe alors le nombre de victimes innocentes et peu importe alors si ces victimes sont des enfants, des femmes, des palestiniens, des musulmans, des arabes ou des juifs... D'ailleurs à bien y regarder, les populations Palestiniennes ont été presque autant malmenées et massacrées par leurs propres "combattants" que par leurs soi-disants ennemis Israeliens... Depuis 1949 l'utilisation à distance, manipulée autant par les pays Arabes que par d'autres (selon les intérêts politico-économiques) de ces populations "palestiniennes" (appellation due aux Anglais qui reste assez problématique) est d'une hypocrisie écoeurante. Que ce soit en Jordanie, au Liban ou ailleurs, ces palestiniens ont toujours été la "chair à canon" permettant d'exacerber les intégrismes actifs d'un islam abrutissant et d'une haine idéologiquement nécessaire du judaïsme et donc d'Israel. Or ce petit pays récent - refuge de millions de juifs persécutés dans le monde - ayant subi en quarante ans quatre guerres de coalisés, des milliers d'attaques terroristes, des centaines de milliers de critiques ouvertes et acerbes et d'incessants dénigrements anti-sémites a su malgré tout faire énormément de compromis et laisser la place à des solutions pacifistes allant même jusqu'à accepter la création d'un état palestinien. Cela n'a pourtant jamais mis un terme aux attaques, bombardements et autres attentats des extrémistes palestiniens. A bien y réfléchir, si l'extrémisme avait un jour massivement pris le pouvoir en Israel et avait éventuellement permis alors une extermination globale du "problème palestinien"... de sorte qu'aujourd'hui - dix ou vingt ans plus tard - on n'entende plus parler de ce "peuple" ... qui l'aurait empeché? Qui s'y serait véritablement ou militairement opposé? Personne!  Il y aurait eu des cris, des rejets diplomatiques, des plaintes, des mesurettes économiques ... et c'est tout! Franchement... Certes, Israel a commis de nombreuses et lourdes erreurs concernant les populations civiles palestiniennes... mais c'est toujours ainsi que ça se passe lorsque les "militaires" se retouvent obligés de gérer une nation ou la défense d'un pays. Et certaines autorités palestiniennes elles-mêmes n'ont d'ailleurs pas hésité à se servir de "leurs" enfants et femmes comme boucliers humains... Il est malgré tout fascinant de considérer cette peur étrange, cette crainte insurmontable que représente Israel ou quelques dizaines de millions de juifs pour plus d'un milliard de musulmans pourtant tous convaincus que le "dieu unique" est à leur coté !?! Ce qui se cache derrière cette haine savamment entretenue est dangereusement évident!Alors lorsque quelques soixante-huitards béats en occident croient défendre des concepts de sentimentalité humaine et de bienséance politique et s'en prennent ainsi sans précaution aucune à Israel, ils finissent par jouer le jeu des pires intégrismes et rejettent dangereusement les principes d'une laïcité politique qui restent pourtant les dernières garanties de nos libertés!Le hamas, les frères musulmans, le hezbollah, le fis ou tous autres groupuscules du même accabit qui pullulent un peu partout se nourrissent de ces attitudes "angéliques" qui embrument les neurones de nos politiciens ignorants et des leaders d'une gauche ultratolérante notamment. C'est plus qu'ambigu et assez périlleux pour notre avenir à tous. La tolérance ne peut fonctionner qu'en rejetant avec vigueur toute idéologie intolérante et donc les intégrismes de tous bords! Un peu de culture historique et religieuse et d'entretien d'une mémoire objective pourrait leur remettre les idées en place.Par ailleurs il assez révélateur qu'une grande majorité des populations de régimes politiques soumis à l'islam vivent dans un paupérisme économique et culturel particulièrement inhumain, avilissant et violent. Pour une religion qui se targue d'apporter paix et respect.... en 1400 ans ... ça n'a pas été une franche réussite non plus! Il est aisé de constater que l'accroissement des mosquées ou d'églises n'a jamais nulle part été un signe de progrès, de liberté et/ou de bien-être humains! Il y a peu... un pape vient de réintégrer des "évêques" intégristes et même négationnistes... sans que cela ne dérange vraiment le milliard de catholiques du monde... alors... vivement que ce "dieu" magnifique règne sur toute la Terre... hein?!?Merci pour votre attention et surtout...tenez bon!L. Stahli

mohamed sifaoui 31/01/2009 16:13


Je trouve votre texte magnifique, utilisant des arguments d'une impitoyable rationalité. Me permettez vous de la publiez sur les pages de mon blog et pas seulement en commentaire ?
Bien cordialement

PS : J'enlèverai néanmoins les éloges et la sympathie que vous me témoignez fort généreusement.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents