Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog de Mohamed  Sifaoui

Blog de Mohamed Sifaoui

- Des opinions qui refusent la compromission -


Bouteflika victorieux grâce à cinq magouilles

Publié par mohamed sifaoui sur 9 Février 2014, 16:18pm

Bouteflika victorieux grâce à cinq magouilles

Depuis plusieurs mois, la rue algérienne, les médias et – par prolongement – les réseaux sociaux se demandent si Abdelaziz Bouteflika va réellement se présenter pour un quatrième mandat présidentiel.

Aujourd’hui, alors qu’il ne fait quasiment plus aucun doute sur, non seulement la candidature de l’actuel président algérien, mais surtout sur sa « victoire » qui se dessine déjà grâce à la magouille, il convient d’analyser les dessous de cette mascarade annoncée et faire preuve de pédagogie pour déconstruire un système de fraude apparemment très bien huilé.

 

La première des magouilles réside dans la date choisie pour organiser le « premier tour » de cette élection : Le 17 avril.

Ce choix montre, à lui seul, que le pouvoir algérien ne s’embarrasse même plus de la forme : En effet, le mandat en cours arrivera à son terme le 19 avril à 00h00. Or, en cas de second round – prévu le 1er mai – il y aura nécessairement une vacance de pouvoir d’une douzaine de jours. C’est dire que le régime a déjà décidé que son « poulain » sortira « victorieux », dès le premier tour, au soir du 17 avril.

 

L’article 132 de la Constitution algérienne a prévu que « les élections présidentielles ont lieu dans les trente (30) jours qui précèdent l’expiration du mandat du Président de la République ». Or, on ne peut affirmer que des élections présidentielles ont été organisées qu’à l’issue de la proclamation des résultats officiels qui vont permettre de connaître le « président élu ». Ces résultats sont définitifs soit, dès le premier tour, en cas de majorité absolue pour l’un des candidats, soit, au second tour qui permet de départager les deux premiers prétendants, en l’occurrence ceux qui, au premier tour, ont obtenu le plus grand nombre de voix, sans pour autant atteindre la nécessaire majorité absolue.

 

Par conséquent, si le pouvoir algérien a choisi d’organiser le premier tour de l’élection deux jours avant l’expiration du mandat du président sortant, c’est tout simplement parce que les jeux sont déjà faits. À l’évidence, il n’y aura pas de second round, car les barons du régime ne se permettront jamais de créer une vacance du pouvoir – ne serait-ce pour quelques heures – dans une situation aussi fragile qui, tous les jours, fait craindre aux observateurs la rupture des équilibres d’un régime qui gère, depuis plusieurs mois, ses contradictions internes.

 

Aussi, Bouteflika, et son clan, ont-ils décidé que l’autocrate ne devait pas s’encombrer – ne serait-ce pour orner la vitrine présentée aux visiteurs étrangers – d’un second tour qui donnerait à son concurrent une quelconque crédibilité ou un poids politique. Lors des précédentes « consultations », le pouvoir n’avait même pas jugé utile de préparer la nécessaire logistique pour organiser un second tour. Idem pour les élections annoncées. C’est dire…

 

La seconde magouille est liée à l’état de santé du président sortant. Il est évident que celui-ci, même s’il est encore capable de prendre quelques décisions, certaines inspirées par son frère Saïd Bouteflika, n’a plus les capacités physiques et intellectuelles pour diriger un État avec toute la lucidité qu’exige la fonction, car, de l’avis de plusieurs médecins, même à travers les quelques images que le pouvoir a bien voulu diffuser, au cours de ces derniers mois, il semble évident que son système cognitif a été bel et bien atteint à la suite de l’AVC. C’est dire que cet état de santé qui le prive de parole, donc de discours, de déplacements, qui l’empêche de tenir régulièrement des Conseils des ministres, de remplir toutes ses obligations protocolaires lors de rencontres internationales et, qui l’empêchera de faire campagne, est en contradiction évidente avec la Constitution algérienne.

L’article 88 de celle-ci stipule : « Lorsque le Président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions, le Conseil Constitutionnel, se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous moyens appropriés, propose, à l’unanimité, au Parlement de déclarer l’état d’empêchement ». Évidemment, le clan Bouteflika a pu aisément contourner la loi fondamentale puisque toutes les institutions (Conseil Constitutionnel, Sénat, Assemblée nationale, Médias publics, Armée, etc.) ont été verrouillées et sont détenus par de dociles affidés du pouvoir. C’est ce qui a permis à la présidence d’entretenir l’illusion et de laisser croire que Bouteflika n’est pas dans « l’impossibilité totale d’exercer ses fonctions ». L’on a organisé des Conseils des ministres expéditifs et des rencontres officiels avec des visiteurs bienveillants dans le seul but de rassurer la galerie et de faire taire les détracteurs.

 

Lire la suite sur le Huffington Post

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents